Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire Localisation Itinéraires Géologie Écologie Photographies
Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez par email

 

Lac de la Blanche (2499m)

Queyras

Hautes-Alpes

 

Latitude  44° 39' 58'' N
Longitude 6° 56' 30'' E
Altitude 2 499 m

 

Agrandir la carte IGN d’après le site GÉOPORTAIL https://www.geoportail.gouv.fr



Itinéraires d'accès au lac

PROMENADE FAMILIALE PAR EXCELLENCE

      Le lac de la Blanche (2 499 m) se situe au fond de la vallée de l'Aigue Blanche, à la frontière italienne et au SUD-EST de Saint-Véran (2 050 m, plus haut village d'Europe) (Queyras, Hautes-Alpes) (carte).

      L'accès routier le plus simple passe par le village de Saint-Véran et remonte la vallée de l'Aigue Blanche par une piste carrossable très dangereuse, dont l'accès est réglementé en période estivale (navette payante). Le terminus de cette voie est la Chapelle de Clausis (accès routier n°1). L'accès en voiture jusqu'à Saint-Véran, départ raisonnable pour la randonnée pédestre, peut se faire depuis Guillestre (accès routier n°2), Briançon (accès routier n°3) ou Gap (accès routier n°4), par exemple. Après, il faut prendre la navette payante ou continuer à pied (accès routier n°5). L'accès même à Saint-Véran est réglementé l'été : parkings payants avant l'entrée du village. (Renseignements: Office de tourisme, tél. 04 92 45 82 21).

      Voici les itinéraires de randonnée:

  N°1 d’après le site perso Alpes-photos.com www.alpes-photos.com, Copyright ©


Aspect géologique du lac

      Le lac de la Blanche (2 499 m) se situe au fond de la vallée de l'Aigue Blanche, à la frontière italienne et au SUD-EST de Saint-Véran (2 050 m, plus haut village d'Europe) (Queyras, Hautes-Alpes).

      Les photographies qui suivent, montrent des formations géologiques remarquables qui mettent en évidence la présence d'un océan, il y a 150 millions d'années. Les roches qui caractérisent le plancher océanique"La croûte océanique est composée de basaltes, de gabbros et parfois de serpentinites. Plus lourde que la croûte continentale, sa densité est comprise entre 2,9 et 3. Son épaisseur varie entre 1 et 10 km." (ophiolites"(du grec ophis, serpent: associations de roches [essentiellement gabbro, serpentine, basalte] ayant la texture d'écailles de serpent).": association de serpentine"La serpentine ne constitue pas un minéral unique: c'est un ensemble de minéraux qui ont été regroupés sous ce nom général. Les serpentines résultent de l'hydratation de l'olivine, qui est un des minéraux composant la péridotite. La péridotite est la roche qui constitue la majeure partie du manteau terrestre. Lorsque la péridotite subit un métamorphisme avec hydratation, elle se transforme en une roche métamorphique nommée serpentinite. Les réactions chimiques qui transforment le minéral d'olivine en minéraux de serpentine, et de ce fait la roche de péridotite en roche de serpentinite, portent le nom de serpentinisation. La serpentinisation d'une péridotite donne une serpentinite.", de Gabbro"Constituant principal de la couche inférieure de la croûte océanique, le gabbro est une roche issue de la fusion partielle de la péridotite mantellique au niveau d'une dorsale océanique, tout comme le basalte. Mais contrairement à cette roche sortie rapidement de la dorsale, le gabbro a subi un refroidissement lent en profondeur. Ainsi, bien que de même composition, gabbro et basalte diffèrent. Le gabbro, dont la cristallisation est complète, est une roche plutonique. Le basalte dont le refroidissement a été rapide et la cristallisation incomplète est une roche volcanique." et de basalte"Roche volcanique issus de la fusion partielle des péridotites du manteau, le basalte est un des constituants des ophiolites et de la croûte océanique." essentiellement), ainsi que les sédiments qui recouvrent ce plancher (argiles métamorphisées"Le métamorphisme (du grec metá , au-delà, après et morphế ,forme) désigne l'ensemble des transformations subies par une roche (sédimentaire, magmatique ou métamorphique) sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides et, parfois, de la composition chimique de la roche. Ces transformations, qui peuvent être minéralogiques, texturales, chimiques ou encore structurales, amènent à une réorganisation des éléments dans la roche et à une recristallisation des minéraux à l'état solide." Christian Nicollet (2010) « Métamorphisme et géodynamique », Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup »,‎ février 2010" en schistes lustrés sous l'effet conjugué des hautes températures et pressions qui régnaient lors de la formation des Alpes, il y a 40 millions d'années) affleurent aux alentours du lac de la Blanche.

      Les cols et les sommets qui constituent le cirque de la haute Aigue Blanche témoignent de la présence de la croûte océanique de la Téthys (basalte, gabbro, serpentine):  le Rouchon, gabbro; Rocca Bianca, gabbro; Tête des Toillies, basaltes en coussins; Col de la Noire, serpentine.

      Ainsi, le Rouchon (2 929 m), au NORD du lac de la Blanche (2 499 m) est un énorme bloc de Gabbro"Constituant principal de la couche inférieure de la croûte océanique, le gabbro est une roche issue de la fusion partielle de la péridotite mantellique au niveau d'une dorsale océanique, tout comme le basalte. Mais contrairement à cette roche sortie rapidement de la dorsale, le gabbro a subi un refroidissement lent en profondeur. Ainsi, bien que de même composition, gabbro et basalte diffèrent. Le gabbro, dont la cristallisation est complète, est une roche plutonique. Le basalte dont le refroidissement a été rapide et la cristallisation incomplète est une roche volcanique." entouré de schistes lustrés. Ce roc est interprété comme un fragment de falaise sous-marine écroulé au fond de l’océan Téthys où se déposaient des sédiments au Crétacé, il y a 130 millions d’années (1) (3).

      Un peu plus loin, au SUD du lac, la Tête des Toillies (3 175 m) est un autre témoin de la présence d'un plancher océanique"La croûte océanique est composée de basaltes, de gabbros et parfois de serpentinites. Plus lourde que la croûte continentale, sa densité est comprise entre 2,9 et 3. Son épaisseur varie entre 1 et 10 km.". En effet, ce sommet est constitué de basaltes"Roche volcanique issus de la fusion partielle des péridotites du manteau, le basalte est un des constituants des ophiolites et de la croûte océanique." en coussins, empilement de "coussins" ou d'"oreillers" dont le diamètre varie de quelques décimètres à environ 1 mètre. Or cette structure en coussins est typique des laves émises par des volcans sous-marins (pillow-lava, en anglais). Au fond de la Téthys, à 3 km de profondeur, de la lave en fusion s'étalait sur la croûte océanique"La croûte océanique est composée de basaltes, de gabbros et parfois de serpentinites. Plus lourde que la croûte continentale, sa densité est comprise entre 2,9 et 3. Son épaisseur varie entre 1 et 10 km.", il y a 150 millions d'années; ce fond marin se situe maintenant 3 km au-dessus du niveau de la mer !
      De plus, les basaltes"Roche volcanique issus de la fusion partielle des péridotites du manteau, le basalte est un des constituants des ophiolites et de la croûte océanique." de la Tête des Toillies racontent l'histoire de cet océan, de son expansion à sa disparition complète, par subduction"La subduction (latin subductio, action de tirer sur le rivage) est le processus par lequel une plaque tectonique s'incurve et plonge sous une autre plaque. Si c'est une plaque océanique qui disparait sous une plaque continentale, alors elle s'enfoncera jusqu'au manteau. Si c'est une plaque continentale qui est subduite sous une autre plaque continentale, alors il y aura arrêt de la subduction, collision continental, chevauchement, augmentation de l'épaisseur de la croûte et formation d'une chaîne de montagnes (orogénèse)." de sa lithosphère"La lithosphère (du grec lithos, pierre et sphaera, sphère) désigne l'enveloppe rigide et externe de la Terre. Avec une épaisseur de 100 km, elle comprend la croûte terrestre et une partie du manteau supérieur. Elle se subdivise en plaques qui se déplacent les unes par rapport aux autres. La lithosphère, rigide, repose directement sur l'asthénosphère, solide mais ductile.". Ils permettent aussi de reconstituer la collision continentale qui a suivi et qui a ainsi donné naissance à la chaîne alpine.
      Ces basaltes"Roche volcanique issus de la fusion partielle des péridotites du manteau, le basalte est un des constituants des ophiolites et de la croûte océanique." ont été éjectés tout le long de la crête d'une dorsale océanique"Une dorsale océanique est un relief sous-marin composé d'une crête axiale, qui culmine vers -2500 m et de pentes très douces qui conduisent, en plusieurs centaines de kilomètres, vers des plaines abyssales dont la profondeur se situe aux alentours de -4000 m. Tout le long de l'axe de la dorsale, de la lithosphère océanique nouvelle se forme par apport de basalte MORB (Middle Oceanic Ridge Basalt, basalte issu du milieu de l'arrête océanique) et transformation de péridotite asthénosphérique (ductile) en péridotite lithosphérique (rigide).", vers 2 500 à 3 000 m de profondeur, alors même que l'océan était en expansion. Ils se sont ensuite enfoncés par subsidence"La subsidence (latin subsidere, s'enfoncer) est l'abaissement de la croûte terrestre résultant d'un étirement-amincissement de cette dernière. Elle entraine un dépôt progressif de sédiments sous une profondeur d'eau constante." sur les flancs de cette dorsale"Une dorsale océanique est un relief sous-marin composé d'une crête axiale, qui culmine vers -2500 m et de pentes très douces qui conduisent, en plusieurs centaines de kilomètres, vers des plaines abyssales dont la profondeur se situe aux alentours de -4000 m. Tout le long de l'axe de la dorsale, de la lithosphère océanique nouvelle se forme par apport de basalte MORB (Middle Oceanic Ridge Basalt, basalte issu du milieu de l'arrête océanique) et transformation de péridotite asthénosphérique (ductile) en péridotite lithosphérique (rigide)." jusqu'aux plaines abyssales vers 3 500 ou 4 000 m au-dessous du niveau de la mer. Après l'expansion de cet océan, son raccourcissement par subduction"La subduction (latin subductio, action de tirer sur le rivage) est le processus par lequel une plaque tectonique s'incurve et plonge sous une autre plaque. Si c'est une plaque océanique qui disparait sous une plaque continentale, alors elle s'enfoncera jusqu'au manteau. Si c'est une plaque continentale qui est subduite sous une autre plaque continentale, alors il y aura arrêt de la subduction, collision continental, chevauchement, augmentation de l'épaisseur de la croûte et formation d'une chaîne de montagnes (orogénèse)." a fait plonger les basaltes sous le continent africain,  jusqu'à 50 km au-dessous de la surface terrestre. Avec les fortes température et pression qui règnent à ces profondeurs, ils ont subi un métamorphisme""Le métamorphisme (du grec metá , au-delà, après et morphế ,forme) désigne l'ensemble des transformations subies par une roche (sédimentaire, magmatique ou métamorphique) sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides et, parfois, de la composition chimique de la roche. Ces transformations, qui peuvent être minéralogiques, texturales, chimiques ou encore structurales, amènent à une réorganisation des éléments dans la roche et à une recristallisation des minéraux à l'état solide." Christian Nicollet (2010) « Métamorphisme et géodynamique », Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup »,‎ février 2010". Ces nappes de laves volcaniques ainsi métamorphisées ont ensuite rapidement été exhumées puis charriées"Le charriage est un mouvement tectonique qui transporte de grands ensembles de roches au-dessus d'une autre masse rocheuse, sur plusieurs dizaines ou centaines de kilomètres." sur la marge continentale"Une marge continentale est une bordure immergée d'un continent. Elle est constituée de lithosphère continentale en contact avec de la lithosphère océanique. On distingue les marges continentales passives dues à une rupture de la lithosphère continentale par arrachement (processus de rifting et d'océanisation) et les marges continentales actives dues à une subduction de la lithosphère océanique sous la lithosphère continentale." européenne durant la collision Europe-Afrique.
      La Tête des Toillies, qui culmine à 3 175 mètres d'altitude, témoigne ainsi de l'expansion d'un océan profond, de la subduction"La subduction (latin subductio, action de tirer sur le rivage) est le processus par lequel une plaque tectonique s'incurve et plonge sous une autre plaque. Si c'est une plaque océanique qui disparait sous une plaque continentale, alors elle s'enfoncera jusqu'au manteau. Si c'est une plaque continentale qui est subduite sous une autre plaque continentale, alors il y aura arrêt de la subduction, collision continental, chevauchement, augmentation de l'épaisseur de la croûte et formation d'une chaîne de montagnes (orogénèse)." qui a suivi et de la surrection alpine lors de la collision continentale qui se poursuit de nos jours.

      Rocca Bianca (3 059 m), à l'EST du lac de la Blanche, est formé de Gabbro"Constituant principal de la couche inférieure de la croûte océanique, le gabbro est une roche issue de la fusion partielle de la péridotite mantellique au niveau d'une dorsale océanique, tout comme le basalte. Mais contrairement à cette roche sortie rapidement de la dorsale, le gabbro a subi un refroidissement lent en profondeur. Ainsi, bien que de même composition, gabbro et basalte diffèrent. Le gabbro, dont la cristallisation est complète, est une roche plutonique. Le basalte dont le refroidissement a été rapide et la cristallisation incomplète est une roche volcanique.", constituant principal de la couche inférieure des croûtes océaniques.

      Le col de la Noire (2 955 m), au SUD du lac de la Blanche, est formé de serpentinites"La serpentine ne constitue pas un minéral unique: c'est un ensemble de minéraux qui ont été regroupés sous ce nom général. Les serpentines résultent de l'hydratation de l'olivine, qui est un des minéraux composant la péridotite. La péridotite est la roche qui constitue la majeure partie du manteau terrestre. Lorsque la péridotite subit un métamorphisme avec hydratation, elle se transforme en une roche métamorphique nommée serpentinite. Les réactions chimiques qui transforment le minéral d'olivine en minéraux de serpentine, et de ce fait la roche de péridotite en roche de serpentinite, portent le nom de serpentinisation. La serpentinisation d'une péridotite donne une serpentinite.", roches vertes caractéristiques des planchers océaniques"La croûte océanique est composée de basaltes, de gabbros et parfois de serpentinites. Plus lourde que la croûte continentale, sa densité est comprise entre 2,9 et 3. Son épaisseur varie entre 1 et 10 km.".

  N°1: Marcel LEMOINE, Pierre TRICART (1988)
« Queyras: un océan il y a 150 millions d'années » ; Éditions du BRGM

  N°2: Marcel LEMOINE, Pierre de GRACIANSKY, Pierre TRICART (2000)
« 
De l'océan à la chaîne de montagnes. Tectonique des plaques dans les Alpes » ; Édition Gordon breach, Collection Géosciences

  N°3 d’après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©


Aspect écologique du lac

      Localisé dans la partie EST du département des Hautes-Alpes et au SUD-EST du Parc Naturel Régional du Queyras, le site naturel qui héberge le lac de la Blanche (2 499 m), présente de nombreux affleurements de roches vertes (ophiolites, serpentines, gabbros) et même des filons de minerais (anciennement exploités par des mines). Il se situe dans la partie orientale schisteuse (schistes lustrés de la zone piémontaise) du massif du Queyras, à la limite frontalière avec l'Italie. Les versants exposés SUD-OUEST ont des pentes relativement douces au regard des versants exposés NORD-EST qui eux sont abrupts.
Puisqu’il se trouve dans la zone biogéographique intra-alpine du Briançonnais-Queyras, ce site naturel est soumis à un climat montagnard de type continental sec, teinté d'influences adriatiques plus humides en provenance de la plaine du Pô(voir ici).
Débutant à l'étage de végétation subalpin à 1 900 m d'altitude, le site culmine à 3 175 m à la Tête des Toillies. Il est inclus dans les étages de végétation subalpin, alpin et nival. Entouré de crêtes ébouleuses et de barres rocheuses infranchissables, il est caractérisé par de grandes étendues herbeuses comprenant des pâturages, des prairies subalpines et des pelouses alpines, de vastes éboulis et quelques forêts de mélèzes sur les ubacs. Plusieurs lacs d'altitude s'égrènent dans le fond du vallon de l'Aigue Blanche.
Les deux habitats déterminants que compte le site sont des milieux humides : les ceintures péri-lacustres des lacs froids et mares d'altitude à Linaigrette de Scheuchzer (Eriophorum scheuchzeri) et les bas-marais cryophiles d'altitude des bords de sources et suintements à Laîche des frimas (Carex frigida) associés en mosaïque avec les bas-marais alcalins à Laîche de Davall (Carex davalliana).
Ce site renferme une faune et une flore typiques, parmi lesquelles on rencontre le Bouquetin des Alpes (Capra ibex), aujourd'hui en expansion et dont les populations locales sont issues de réintroductions, le Lièvre variable (Lepus timidus), le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus), grand vautour mangeur d'os qui a fait l'objet d'un programme de réintroduction sur le massif alpin et plus précisément dans la vallée voisine de l'Ubaye où il se reproduit, etc. (En savoir plus).

      La fréquentation touristique est très importante du fait de la présence de hauts cols accessibles, de paysages grandioses et de lacs d'altitude. Cette sur-fréquentation peut avoir des conséquences directes sur la flore et ses habitats, en particulier aux abords des lacs (piétinement du sol et des plantes, cueillette...). À cela s'ajoute l'attrait pour le Genépi noir (Artemisia genipi) et le Genépi des glaciers (Artemisia glacialis) sur les éboulis de calcschistes. La cueillette peut aboutir ponctuellement à des arrachages excessifs de ces plantes et à une érosion accélérée du sol par les piétinements. (En savoir plus).

voir ici
      L’influence de la Lombarde revêt une grande importance dans ce secteur du Queyras. Il s'agit d'une remontée de masses d'air humides provenant de la plaine du Pô et de la Lombardie (ITALIE) vers les reliefs (froids) du Piémont et de la frontière franco-italienne. L'air froid et humide condense sous la forme d’abondantes précipitations dans les hautes vallées du Piémont et du Queyras, mais aussi sous la forme de "nebbia" (italien nebbia : brouillard). Cette "nebbia" forme des mers de nuages sur les pentes des versants italien et déborde de temps en temps de l'autre côté de la frontière. Par l’humidité qu’elles génèrent, la lombarde et la "nebbia" contribuent à diversifier les faciès microclimatiques et permettent un enrichissement biologique de la zone.

      Inventaire de la faune et de la flore: INPN
 

  N°1 d’après le site INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel inpn.mnhn.fr, Copyright ©

 

Photo n°201507056
Lac de la Blanche (2499m) (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction NORD sur le Rouchon (2929m) et la Pointe des Sagnes Longues (3032m)
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris)

Photo n°201507055
Lac de la Blanche (2499m) (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction NORD sur le Rouchon (2929m) et la Pointe des Sagnes Longues (3032m)
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris)

Photo n°201507057
Lac de la Blanche (2499m) (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction SUD-OUEST, sur le col de la Noire (2955m) et la Tête de Longet (3146m)
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris)

Photo n°201507054
Lac de la Blanche (2499m) (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

Le Rouchon (2929m) (face SUD)

Le Rouchon est un énorme bloc de gabbro entouré de Schistes lustrés. Ce roc est interprété comme un fragment de falaise sous-marine écroulé au fond de l’océan Téthys où se déposaient des sédiments au Crétacé, il y a 130 millions d’années. (1)

Photo n°201507053
Lac de la Blanche (2499m) (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Face SUD-EST du Rouchon (2929m)
Observatoire astronomique du Pic de Château Renard au second plan (à l'extrême gauche de l'image)

Photo n°201607097
Lac de la Blanche (2499m) (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation>
Lac et Refuge de la Blanche (2499m), vallée de l'Aigue Blanche, vue direction OUEST-NORD-OUEST
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris)

Photo n°201507052
Lac de la Blanche (2499m) (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Face SUD-EST du Rouchon (2929m)
Observatoire astronomique du Pic de Château Renard au second plan

Photo n°20030715
Lac de la Blanche (2499m) (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Nord

Photo n°201507001
Lac de la Blanche et lacs Blanchet (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue depuis la Tête de Longet (3146m) sur le cirque de la haute Aigue Blanche.
Le cirque de la haute Aigue Blanche témoigne de la présence de la croûte océanique de la Téthys (basalte, gabbro, serpentine):
le Rouchon, gabbro; Rocca Bianca, gabbro; Tête des Toillies, basaltes en coussins; Col de la Noire, serpentine.
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris)

Photo n°201507002
Lac de la Blanche et lacs Blanchet (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue depuis la Tête de Longet (3146m) sur le cirque de la haute Aigue Blanche
(Les noms des lacs s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris)

Photo n°201507003
Lac de la Blanche et lacs Blanchet (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue depuis la Tête de Longet (3146m) sur le cirque de la haute Aigue Blanche
(Le nom du lac s'affiche au survol de l'image par le curseur de la souris)

Photo n°P1010444
Lac de la Blanche et lacs Blanchet (Queyras) (Hautes-Alpes)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Le lac de la blanche et les 2 lacs Blanchet vus depuis la crête du coq; point 3159m.
(Les noms des lacs s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris)

 

Haut de page Retour au sommaire Autres lacs du Queyras Autres lacs des Hautes-Alpes