Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire Biologie Photographies Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez par email

 

Bouquetin
(Capra ibex)

 

BIOLOGIE DU BOUQUETIN

        Contrairement au Chamois, le Bouquetin, qui possède des sabots larges munis d'une sole élastique, ne peut pas évoluer sur les glaciers et les névés : il se complait sur les rochers ensoleillés. En effet, ses sabots dépourvus de membranes interdigitales lui autorisent un écartement considérable des doigts et donc une certaine capacité de préemption : le Bouquetin est l’Ongulé rupicole (latin rupes, rocher, et colere, habiter) par excellence (3). Alors que le Chamois descend vers la forêt enneigée l’hiver, le Bouquetin, semblant insensible au froid, doit rester sur les rochers, les pentes raides et les crêtes ventées de haute altitude où la neige ne peut pas s’accrocher. C’est ici qu’il trouvera sa nourriture (herbes, rameaux, mousses et lichens) tout en veillant à ne pas s’égarer sur les pentes enneigées où il serait en danger (3).

Photo n°20090504NHD_art
Bouquetin (Capra ibex)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

        Si le Bouquetin est aujourd’hui bien répandu dans les Alpes, il a bien failli disparaître au début du XIXème siècle. L’espèce fut sauvée par le Roi d’Italie, Emmanuel II, qui créa une réserve de chasse en 1856. Cette réserve devint en 1933 le Parc National du Gran Paradiso. Tous les Bouquetins qu’on aperçoit de nos jours descendent de ce petit noyau qui subsistait au Gran Paradiso (2) (3).

        Comme le Chamois, le Bouquetin possède un cœur plus musculeux que celui de l’Homme et un nombre d’hématies 2,5 fois plus élevé, compris entre 10 000 et 15 000 / mm3 ! Ses globules rouges ont, comme ceux de tous les Caprinés, un diamètre compris entre 3 et 4,5µ (1) et sont donc plus petits que ceux de l’Humain (8µ), mais contiennent la même quantité d’hémoglobine (15 g / 100 ml). L’hématocrite se situe autour de 55% (45% chez l’Homme): le Bouquetin est adapté à la vie en hypoxie entre 2 400 m et 3 300 m d’altitude (3).

        Bernard FISCHESSER (3) lui attribue les exploits suivants:
- Saut en longueur : 6 m
- Vitesse du galop sur le plat : 70 Km/H

Le Bouquetin est plus lent et plus placide que le Chamois (2). Il est l’Ongulé sauvage d’Europe le moins craintif (2). En effet, les photographies présentées ici ont été prises à une distance comprise entre 2 et 30 m des Animaux. Un mâle curieux s’est même volontairement approché à moins de 2 m de Dominique qui était en contrebas, dans la région du Viso, en juillet 2005. A ce propos, comme l’écrit Éric DRAGESCO (2), s’il est admis que le Bouquetin ne charge pas l’intrus Humain, il cherche quand même à occuper une position dominante sur la pente où il se sent alors en complète sécurité. De cette position, il gratte le sol avec les sabots de ses pattes antérieures et fait ainsi débouler des cailloux. Serge a pu le vérifier alors qu’il photographiait un jeune mâle, au bord d’un torrent, dans le massif des Cerces, en mai 2009. Cinq individus avaient pris position derrière lui environ 5 m plus haut. Deux d’entre eux se mirent alors à gratter le sol et plusieurs cailloux de la taille du poing dévalèrent la pente. Le message était clair : « Va faire tes photos ailleurs ! » Pourtant, avec l’arrivée du crépuscule, les Animaux devinrent plus confiants et Serge pût presque les toucher (distance de sécurité inférieure à 2 m). Évidement, aux endroits où le Bouquetin est chassé, la distance de fuite est supérieure à 300 m (2).

        La même harde peut s’observer très facilement tout au long de l’été. En effet, une fois fixé dans un territoire qui leur convient, les Bouquetins sont sédentaires et n’effectuent plus que des déplacements altitudinaux circadiens, entre 2 400 et 3 000 m (2). Commençant à s’élever avant le levé du soleil, ils atteignent l’altitude maximale vers 9H30, puis ils redescendent en fin d’après-midi vers 17H30 (3).

Photo n°20090517NHD_art
Bouquetin (Capra ibex)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

         Pour en savoir plus, consultez la bibliographie et la webographie qui suivent.

 

BIBLIOGRAPHIE

  N°1 COLLES E. H. (1979)
« Le laboratoire en clinique vétérinaire »; Chapitre 4: Hématies; Vigot Frères Éditeurs

  N°2 DRAGESCO Éric (1995)
« La vie sauvage dans les Alpes » ; Éditions Delachaux & Niestlé

  N°3 FISCHESSER Bernard (2009)
« La vie de la montagne » ; Éditions de la Martinière

 

WEBOGRAPHIE

  N°1' Michel CHAVROT, Vallée de Ceillac http://www.ceillac.com

  N°2' WIKIPÉDIA http://fr.wikipedia.org

  N°3' Mathieu KRAMMER, le Bouquetin des Alpes http://www.bouquetin-des-alpes.org

 

Haut de page Retour au sommaire Photographies Faune des montagnes