Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire
Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez par email
 

Éclectique . . .

 

  Paysages de montagne enneigés
  Cascade inférieure du Cirque de Saint-Même (1037 m) (limite Isère-Savoie)
  Couleurs d'automne d'un mélézin dans le Queyras (Hautes-Alpes)
  Couchers de soleil
  Photographies de la mer de nuages dans les vallées grenobloises
  Comment se forme la mer de nuages ?
  La mer de nuages montre l'allure générale des glaciers du quaternaire

  Les cargneules de Ceillac, Queyras, Hautes-Alpes
  Face Sud du monolithe de la Folatière (1788m), Chamechaude, Chartreuse, Isère
  Glaciers rocheux de Marinet (Haute Ubaye, Alpes de Haute Provence)
  Qu'est-ce qu'une tourbière ?
  Les lacs de montagne: de la molécule d'eau à l'écosystème

Photo n°20050202
Paysages de montagne enneigés
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

Paysages de montagne enneigés
(Plus de photographies)

Photo n°201606002
Cascades du Cirque de Saint-Même (1037 m)
(limite Isère-Savoie)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

Cascade inférieure du Cirque de Saint-Même (1037 m) (limite Isère-Savoie)
(
Plus de photographies)

      Le cirque de Saint-Même se situe dans le massif de la Chartreuse. La source du Guiers Vif et son écoulement forment la limite de deux départements: rive droite, la Savoie et rive gauche, l'Isère.
      La formation de ce cirque est étroitement liée au passage d'une grande faille: le décrochement du col de l'Alpe. Après le décrochement, l'érosion a retiré les parties saillantes des plis. Des écoulements ultérieurs ont provoqué progressivement le recul de la falaise et accentué ainsi le renfoncement du cirque, à l'endroit même des sources du Guiers Vif.

En savoir plus: Maurice GIDON http://www.geol-alp.com/ sur cette page

Couleurs d'automne d'un mélézin
dans le Queyras (Hautes-Alpes)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

Couleurs d'automne d'un mélézin dans le Queyras (Hautes-Alpes)
(Plus de photographies)

Couchers de soleil en montagne

Couchers de soleil
(Plus de photographies)

Mer de nuages, dans les
vallées grenobloises, Isère

 Mer de nuages dans les vallées grenobloises (1 de 3)

Photographies de la mer de nuages dans les vallées grenobloises


      Très souvent l’hiver, lors de conditions anticycloniques (hautes pressions = temps stable), une couverture nuageuse de basse altitude se forme dans les vallées grenobloises. En plaine, règne alors un temps nuageux, froid et humide, tandis qu’en montagne, au-dessus de la mer de nuages, le soleil brille dans une atmosphère douce et sèche.
      Contrairement à une situation habituelle, l’air est plus chaud en montagne qu’en plaine (de 10 voire 20°C). Les températures qui normalement décroissent lorsque l’altitude augmente, se trouvent ici dans une situation inversée. Les météorologistes appellent ce phénomène INVERSION.

(Plus de photographies)

Comment se forme la mer de nuages ?

 Mer de nuages dans les vallées grenobloises (2 de 3)

Comment se forme la mer de nuages ?

      Contrairement à une situation habituelle, dans le cas d'une situation propice à l'apparition d'une mer de nuages, l’air est plus chaud en montagne qu’en plaine (de 10 voire 20°C). Les températures qui normalement décroissent lorsque l’altitude augmente, se trouvent ici dans une situation inversée. Les météorologistes appellent ce phénomène INVERSION...
      Au début de l’inversion, les vallées contiennent une couche d’air froid « lourd » emprisonné par les montagnes environnantes. Cette couche forme un véritable lac d’air froid...
      Dans les vallées, le soleil hivernal est trop faible pour réchauffer le lac d’air froid. Celui-ci ne peut pas perdre son humidité par évaporation. L’eau contenue dans l’air froid devient vite saturante ; elle se condense : dans le lac d’air froid, se forme une mer de nuages...

(Lire la suite)

La mer de nuages montre l'allure
générale des glaciers du quaternaire

  Mer de nuages dans les vallées grenobloises (3 de 3)

La mer de nuages montre l'allure générale des glaciers du quaternaire

      La vallée du Grésivaudan, entre CHAMBÉRY et GRENOBLE, s’est probablement formée par l'érosion fluviatile, puis a été fortement aménagée par le passage des glaciers de l’ère quaternaire. A l'époque de la dernière glaciation (de Würm), il y a 40 000 ans, la surface du glacier atteignait l’altitude maximale de 1 200 m...

(Lire la suite)

Les cargneules de Ceillac, Queyras, Hautes-Alpes

Les cargneules de Ceillac (Queyras, Hautes-Alpes)

      À 4 Km de CEILLAC, dans le Queyras (Hautes-Alpes), et au-dessus du hameau LE TIOURE (itinéraire), se dressent de très belles formations monolithiques nommées CARGNEULES. Que sont les cargneules? (Lire la suite)

      Très schématiquement, on peut dire que la cargneule était originellement de la dolomie, qui, sous l'action de l'ion calcium (Ca2+) libéré par le gypse se trouvant à proximité, s'est transformée partiellement en calcaire. Et ceci de manière non homogène sur l'ensemble de la roche. Les conditions de cette transformation ne sont pas connues avec exactitude et les hypothèses restent très controversées.

(En savoir plus, avec plus de photographies)

monolithe de la Folatière (1788m), 
Chamechaude, Chartreuse, Isère

Face Sud du monolithe de la Folatière (1788m) (Chamechaude, Chartreuse, Isère)

      Le monolithe de la Folatière se trouve sur le sentier du sommet de Chamechaude dans la Chartreuse (Isère). Ce rocher, caractéristique par ses ciselures, apparait comme un bloc éboulé qui se détache sur la pente de Chamechaude, au bord du sentier de la voie normale depuis le col de Porte, à 1 788 m d'altitude.
      Mais ce n'est pas un bloc éboulé: il est une partie intégrante de la dalle urgonienne qui s'élève, plus haut, jusqu'au sommet de la montagne.

(En savoir plus, avec plus de photographies)

Glaciers rocheux de Marinet
(Haute Ubaye, Alpes de Haute Provence)

Glaciers rocheux de Marinet (Haute Ubaye, Alpes de Haute Provence)

      Le versant nord du chaînon de l'Aiguille de Chambeyron (3 412 m), loge encore deux minuscules glaciers de cirque, les plus méridionaux des Alpes françaises... Leurs moraines respectives se sont transformées en de spectaculaires glaciers rocheux, aux fronts lobés, dont les extensions s'étirent jusqu'au fond du vallon de Marinet... Mais les conditions nécessaires à leur activité ne sont pas remplies...

(En savoir plus, avec plus de photographies)

Qu'est-ce qu'une tourbière ?

Qu'est-ce qu'une tourbière ?

      Les Bryophytes du genre Sphagnum (Sphaignes), prolifèrent en milieux humides et froids. Les Sphaignes vivantes effectuent la photosynthèse et se développent en surface, au bord des marécages. Les Sphaignes mortes, qui absorbent jusqu'à 40 fois leur volume d’eau, s’entremêlent aux Sphaignes vivantes, et donnent une texture caractéristique spongieuse. Les cellules mortes finissent par se déposer sans se décomposer. Ce processus est appelé TOURBIFICATION. Les dépôts de matière organique non-décomposée portent le nom de TOURBE et les milieux humides dans lesquelles les Sphaignes évoluent, celui de TOURBIÈRE. La tourbière est un milieu évolutif qui voit un lac se transformer progressivement en forêt...

(En savoir plus)

Les lacs de montagne: de la molécule d'eau à l'écosystème

Les lacs de montagne: de la molécule d'eau à l'écosystème

      Pour peu que leur altitude ne dépasse pas 2 600 m, avec une exposition et des conditions climatiques favorables, les lacs de montagne offrent non seulement une possibilité d’accueil pour des organismes vivants, mais permettent aussi l’épanouissement de la biodiversité. Ceci n’est réalisable que grâce aux propriétés physico-chimiques bien particulières de la molécule d’eau... De plus, selon leur localisation, leur altitude, leur exposition, leur profondeur, leur superficie, les lacs accueillent des espèces différentes. Cette biodiversité si particulière confère l’originalité, l’intérêt et la richesse des lacs de montagne.

(En savoir plus)

 

Haut de page Retour au sommaire