Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire Localisation Itinéraires Géologie Écologie Photographies

 

Lac Noir (2040m)

Le Taillefer

Isère

 

Latitude  45° 03' 14'' N
Longitude 5° 56' 03'' E
Altitude 2 040 m

 

Agrandir la carte IGN d’après le site GÉOPORTAIL https://www.geoportail.gouv.fr



  Itinéraires d'accès au lac

RANDONNÉE TYPIQUEMENT FAMILIALE SUR SENTIER BALISÉ ET SUR-FRÉQUENTÉ JUSQU'AU LAC FOURCHU
ITINÉRAIRES NON-BALISÉS ET HORS-SENTIER SUR LE PLATEAU
 (NE PAS SORTIR DES SENTIERS BALISÉS PAR TEMPS DE BROUILLARD)

      Dans le massif du Taillefer (Isère), le lac Noir (2 040 m) se situe à environ 7 km au NORD-EST en projection horizontale"Distance en projection sur une carte (plan)
=
Distance à vol d'oiseau."
de la commune de La Morte (1 368 m) (carte n°1), ainsi qu'à environ 8 km à l'EST en projection horizontale"Distance en projection sur une carte (plan)
=
Distance à vol d'oiseau."
de Séchilienne (carte n°2).

      L'accès routier le plus simple emprunte la D 114, puis la D 114e jusqu'à son terminus où un grand parking (1 658 m) marque le départ de la randonnée.

      L'accès en voiture au parking du lac de Poursollet (1 658 m) peut se faire depuis la commune de La Morte (1 368 m) (accès routier n°1), Séchilienne à la sortie des gorges de la Romanche (accès routier n°2), La Mure sur le plateau matheysin (accès routier n°3), Le Bourg d'Oisans (accès routier n°4) ou Grenoble (accès routier n°5), par exemple.

      Voici les itinéraires de randonnée :

  N°1 d’après le site communautaire Bivouak.net www.bivouak.net, Copyright ©

  N°2 d’après le site participatif Altituderando www.altituderando.com, Copyright ©

 

  Contexte géologique du lac

      Les massifs cristallins sont formés d'un soubassement, le "socle cristallin", surmonté d'une "couverture sédimentaire" (ou pas si cette dernière a disparu sous l'effet de l'érosion !). (En savoir plus)

      Le "socle cristallin" des massifs cristallins, est formé d'un assemblage de cristaux"Du grec krústallos « glace », et du latin crystallus « eau congelée, glace », un cristal est un solide possédant une structure organisée grâce à un motif répétitif (par opposition à amorphe = non cristallisé)." (d'où le terme "cristallin"). Les minéraux"Un minéral est un cristal possédant une formule chimique déterminée et une structure organisée grâce à un motif répétitif." qui y sont cristallisés ne se forment que dans les profondeurs de la croûte terrestre"Du latin crusta « ce qui enveloppe, ce qui recouvre; notamment en parlant du pain, d'une plaie », la croûte terrestre constitue l'enveloppe externe de la Terre. On distingue deux types:
- La croûte continentale est composée de granites (micaschistes, gneiss, granites).
- La croûte océanique, aussi nommé plancher océanique, est composée de basaltes, de gabbros et de serpentinites."
, dans des conditions de températures et de pressions considérablement élevées. Les roches qui forment ce "socle cristallin" ont deux origines : (En savoir plus)
- soit elles proviennent de la croûte"Du latin crusta « ce qui enveloppe, ce qui recouvre; notamment en parlant du pain, d'une plaie », la croûte terrestre constitue l'enveloppe externe de la Terre. On distingue deux types:
- La croûte continentale est composée de granites (micaschistes, gneiss, granites).
- La croûte océanique, aussi nommé plancher océanique, est composée de basaltes, de gabbros et de serpentinites."
elle-même, d'où elles ont plongé en direction du manteau"Le manteau est la couche concentrique située entre la croûte et le noyau de la Terre." et ont ainsi subi un métamorphisme"Le métamorphisme (du grec metá , au-delà, après et morphế ,forme) désigne l'ensemble des transformations subies par une roche (sédimentaire, magmatique ou métamorphique) sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides et, parfois, de la composition chimique de la roche. Ces transformations, qui peuvent être minéralogiques, texturales, chimiques ou encore structurales, amènent à une réorganisation des éléments dans la roche et à une recristallisation des minéraux à l'état solide." Christian Nicollet (2010) « Métamorphisme et géodynamique », Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup »,‎ février 2010." (cristallisation ou recristallisation par métamorphisme); c'est le cas de la plupart des roches qui constituent ce socle, ce sont des ROCHES MÉTAMORPHIQUES;
- soit elles proviennent du manteau"Le manteau est la couche concentrique située entre la croûte et le noyau de la Terre.", d'où elles sont remontées :
   - très lentement, sans atteindre la surface, sous la forme de plutons"Du nom du dieu des Enfers, dans la mythologie grecque, le pluton est le devenir d'un magma piégé dans les profondeurs de la croûte terrestre, alors même qu'il montait vers la surface, à travers les roches qui le recouvrait. Ce magma a subit un refroidissement lent conduisant à la formation de granite, type même de la roche "intrusive". Les plutons n'apparaissent en surface que suite à des processus d'érosion : ils forment alors des massifs en coupole, constitués de granite." de granite"De l'italien granito, « qui a une structure granuleuse », les granites sont des roches claires, en général, se caractérisant chimiquement par une relative pauvreté en calcium et magnésium et une richesse en silice. Type même de la roche intrusive ou plutonique, les granites sont composés de minéraux de quartz (silice pure), de feldspaths (silice et alumine) et de micas (Biotite, couleur noir ou Muscovite, couleur blanche)." dans la croûte continentale"Du latin crusta « ce qui enveloppe, ce qui recouvre; notamment en parlant du pain, d'une plaie », la croûte continentale constitue l'enveloppe externe de la Terre dans les continents. Elle est est composée de granites (micaschistes, gneiss, granites).", et de gabbro"Constituant principal de la couche inférieure de la croûte océanique, le gabbro est une roche issue de la fusion partielle de la péridotite mantellique au niveau d'une dorsale océanique, tout comme le basalte. Mais contrairement à cette roche sortie rapidement de la dorsale, le gabbro a subi un refroidissement lent en profondeur. Ainsi, bien que de même composition, gabbro et basalte diffèrent. Le gabbro, dont la cristallisation est complète, est une roche plutonique. Le basalte dont le refroidissement a été rapide et la cristallisation incomplète est une roche volcanique." dans la croûte océanique"Du latin crusta « ce qui enveloppe, ce qui recouvre; notamment en parlant du pain, d'une plaie », la croûte océanique constitue l'enveloppe externe de la Terre dans les océans. Aussi nommé plancher océanique, elle est composée de basaltes, de gabbros et de serpentinites." dont on trouve les vestiges dans le socle cristallin; ce sont des ROCHES PLUTONIQUES"Les roches plutoniques (ou intrusives) se forment lors du refroidissement d'un magma en profondeur. La lenteur du processus (jusqu'à plusieurs dizaines de milliers d'années) permet aux roches de cristalliser. Ces roches sont généralement grenues." ou INTRUSIVES (cristallisation par refroidissement lent);
   - très rapidement, en épandant leurs laves à la surface du sol, ce sont des ROCHES VOLCANIQUES"Les roches volcaniques se forment lors du refroidissement rapide d'un magma arrivé en surface de la croûte terrestre. On les appelle aussi roches extrusives ou roches effusives." (cristallisation perturbée par refroidissement rapide).

      La "couverture sédimentaire" des massifs cristallins, est formée, quant à elle, de sédiments datant de l'Ère Secondaire et de l'Ère Tertiaire (sédiments non métamorphisés, par définition). (En savoir plus)
 

      Ainsi le massif cristallin"Les massifs cristallins sont formés d'un soubassement, le "socle cristallin", surmonté d'une "couverture sédimentaire" (ou pas si cette dernière a disparu sous l'effet de l'érosion !).

Le "socle cristallin" des massifs cristallins, est formé d'un assemblage de cristaux (d'où le terme "cristallin"). Les minéraux qui y sont cristallisés ne se forment que dans les profondeurs de la croûte terrestre, dans des conditions de températures et de pressions considérablement élevées. Les roches qui forment ce "socle cristallin" ont deux origines :
- soit elles proviennent de la croûte elle-même, d'où elles ont plongé en direction du manteau et ont ainsi subi un métamorphisme (cristallisation ou recristallisation par métamorphisme); c'est le cas de la plupart des roches qui constituent ce socle, ce sont des roches métamorphiques;
- soit elles proviennent du manteau, d'où elles sont remontées :
   - très lentement, sans atteindre la surface, sous la forme de plutons de granites; ce sont des roches plutoniques ou intrusives (cristallisation par refroidissement lent);
   - très rapidement, en épandant leurs laves à la surface du sol, ce sont des roches volcaniques (cristallisation perturbée par refroidissement rapide).

La "couverture sédimentaire" des massifs cristallins, est formée, quant à elle, de sédiments datant de l'Ère Secondaire et de l'Ère Tertiaire (sédiments non métamorphisés, par définition)."
du Taillefer (2 857 m) est le prolongement méridional de la Chaîne de Belledonne (2 978 m) (7) (8) (9) qui forme l'un des principaux massifs cristallins"Les massifs cristallins sont formés d'un soubassement, le "socle cristallin", surmonté d'une "couverture sédimentaire" (ou pas si cette dernière a disparu sous l'effet de l'érosion !).

Le "socle cristallin" des massifs cristallins, est formé d'un assemblage de cristaux (d'où le terme "cristallin"). Les minéraux qui y sont cristallisés ne se forment que dans les profondeurs de la croûte terrestre, dans des conditions de températures et de pressions considérablement élevées. Les roches qui forment ce "socle cristallin" ont deux origines :
- soit elles proviennent de la croûte elle-même, d'où elles ont plongé en direction du manteau et ont ainsi subi un métamorphisme (cristallisation ou recristallisation par métamorphisme); c'est le cas de la plupart des roches qui constituent ce socle, ce sont des roches métamorphiques;
- soit elles proviennent du manteau, d'où elles sont remontées :
   - très lentement, sans atteindre la surface, sous la forme de plutons de granites; ce sont des roches plutoniques ou intrusives (cristallisation par refroidissement lent);
   - très rapidement, en épandant leurs laves à la surface du sol, ce sont des roches volcaniques (cristallisation perturbée par refroidissement rapide).

La "couverture sédimentaire" des massifs cristallins, est formée, quant à elle, de sédiments datant de l'Ère Secondaire et de l'Ère Tertiaire (sédiments non métamorphisés, par définition)."
des Alpes externes, au même titre que le Mercantour, les Écrins ou le Mont Blanc. Comme le massif de Belledonne, le Taillefer est constitué de roches cristallines"Les roches cristallines qui constituent les massifs cristallins, sont formées d'un assemblage de cristaux (d'où le terme "cristallin"). Les minéraux qui y sont cristallisés ne se forment que dans les profondeurs de la croûte terrestre, dans des conditions de températures et de pressions considérablement élevées. Ces roches ont deux origines :
- soit elles proviennent de la croûte elle-même, d'où elles ont plongé en direction du manteau et ont ainsi subi un métamorphisme (cristallisation ou recristallisation par métamorphisme); c'est le cas de la plupart de ces roches, ce sont des roches métamorphiques;
- soit elles proviennent du manteau, d'où elles sont remontées :
   - très lentement, sans atteindre la surface, sous la forme de plutons de granites; ce sont des roches plutoniques ou intrusives (cristallisation par refroidissement lent);
   - très rapidement, en épandant leurs laves à la surface du sol, ce sont des roches volcaniques (cristallisation perturbée par refroidissement rapide)."
qui se sont formées depuis le Précambrien (inférieur à 541 millions d'années) jusqu'à la fin de l’Ère Primaire (-245 millions d'années). Ce sont essentiellement des roches métamorphiques"Le métamorphisme (du grec metá , au-delà, après et morphế ,forme) désigne l'ensemble des transformations subies par une roche (sédimentaire, magmatique ou métamorphique) sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides et, parfois, de la composition chimique de la roche. Ces transformations, qui peuvent être minéralogiques, texturales, chimiques ou encore structurales, amènent à une réorganisation des éléments dans la roche et à une recristallisation des minéraux à l'état solide." Christian Nicollet (2010) « Métamorphisme et géodynamique », Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup »,‎ février 2010." (gneiss"De même composition minérale que les granites (quartz, feldspaths, mica), les gneiss sont des roches métamorphiques qui dérivent pour la plupart d'anciennes roches sédimentaires ou volcaniques, pauvres en calcium et magnésium (marnes ou grès, laves variées). Roches très fortement recristallisées, les gneiss sont très résistants à l'érosion.", leptynites"Du grec leptunô « amincir » et ítês « minéral », les leptynites sont des roches métamorphiques claires, riches en feldspath et en quartz et pauvre en amphibole et en mica. Elles ont été recristallisées à partir d’un grès ou d’un granite.
On appelle "gneiss leptynitique" des gneiss dont la foliation est soulignée par de multiples lits de feldspaths clairs. Ils sont fréquents dans la chaîne de Belledonne.
On nomme "gneiss leptyno-amphiboliques" une alternance de lits clairs de leptynites et de lits sombres d’amphibolites : ce sont d’anciens épanchements volcaniques."
, amphibolites"Du grec amphibolos « ambigu », les amphibolites sont des roches métamorphiques riches en amphibole, minéral vert sombre, qui cristallise lorsque la roche originelle était riche en calcium et en magnésium (par exemple des calcaires ou des laves basaltiques).
La plupart des amphibolites des massifs cristallins des Alpes semblent provenir d'anciennes roches volcaniques (ou de cendres volcaniques).
On appelle gneiss amphiboliques, une alternance de lits sombres, franchement amphiboliques, et de lits clairs formés par un feldspath."
) qui se sont formées par recristallisation lors des apparitions récurrentes de montagnes jusqu'à la fin de l’Ère Primaire. Lors de la surrection des Alpes, il y a 40 millions d’années, le "socle cristallin"Le "socle cristallin" des massifs cristallins, est formé d'un assemblage de cristaux (d'où le terme "cristallin"). Les minéraux qui y sont cristallisés ne se forment que dans les profondeurs de la croûte terrestre, dans des conditions de températures et de pressions considérablement élevées. Les roches qui forment ce "socle cristallin" ont deux origines :
- soit elles proviennent de la croûte elle-même, d'où elles ont plongé en direction du manteau et ont ainsi subi un métamorphisme (cristallisation ou recristallisation par métamorphisme); c'est le cas de la plupart des roches qui constituent ce socle, ce sont des roches métamorphiques;
- soit elles proviennent du manteau, d'où elles sont remontées :
   - très lentement, sans atteindre la surface, sous la forme de plutons de granites; ce sont des roches plutoniques ou intrusives (cristallisation par refroidissement lent);
   - très rapidement, en épandant leurs laves à la surface du sol, ce sont des roches volcaniques (cristallisation perturbée par refroidissement rapide)."
" a été soulevé, et l’érosion l'a plus ou moins mis à nu en lui faisant perdre une grande partie de sa couverture sédimentaire"La "couverture sédimentaire" des massifs cristallins, est formée, quant à elle, de sédiments datant de l'Ère Secondaire et de l'Ère Tertiaire (sédiments non métamorphisés, par définition).". Toutefois, des terrains sédimentaires"La "couverture sédimentaire" des massifs cristallins, est formée, quant à elle, de sédiments datant de l'Ère Secondaire et de l'Ère Tertiaire (sédiments non métamorphisés, par définition)." existent sur le Taillefer. (1) (2) (3) (4) (Carte géologique Chaîne de Belledonne - Taillefer par le Pr GIDON)

      Au pied du versant NORD du Taillefer, une vaste étendue mamelonnée s'étire jusqu'au Grand Galbert (2 561 m). Ce relief atypique correspond à une ancienne pénéplaine"Du latin «paene», presque, et de l'anglais «plain», plaine, une pénéplaine est "presque une plaine". Il s'agit d'une vaste surface à peu près aplanie par l'érosion, et non comblée par des sédiments comme le sont les plaines alluviales.
Dans les Alpes, de telles pénéplaines se sont formées à la fin de l'Ère Primaire, lorsque l'ancienne chaîne de montagne hercynienne arrivait au terme de son érosion."
(aplanie par l'érosion et non par un comblement sédimentaire comme le sont les plaines alluviales), qui date de la fin du Primaire (antérieur à -252 millions d’années) (En savoir plus) (6). Sur cette surface, globalement plane, est parsemé d'un grand nombre de petits lacs plus ou moins petits : lac Fourchu (2 115 m), lac de l’Agneau (2 040 m), lac Culasson (2 045 m), lac Noir (2 040 m), lac de la Vache (2 028 m)...

      Comme les autres lacs, le lac Noir (2 040 m) se situe dans un environnement complexe de micaschistes"Les micaschistes sont des roches métamorphiques recristallisées dans des conditions de pression et température modestes (métamorphisme modéré), caractérisées surtout par le développement de cristaux de micas. Ce sont des roches feuilletées (schistosité), mal cohérentes et facilement attaquables par érosion mécanique.
Ces roches forment des reliefs mous. Toutefois certains micaschistes sont peu délitables et peuvent former des crêtes relativement acérées."
à
conglomérats"Du latin conglomerare « entasser, accumuler, réunir en masse compacte », un conglomérat est une "réunion en masse compacte" de cailloux. Il s'agit d'une roche sédimentaire détritique cimentée, constituée de l'accumulation de cailloux.
S'ils sont arrondis, le conglomérat est nommé poudingue;
s'ils sont anguleux, le conglomérat est appelé brèche."
, de
gneiss"De même composition minérale que les granites (quartz, feldspaths, mica), les gneiss sont des roches métamorphiques qui dérivent pour la plupart d'anciennes roches sédimentaires ou volcaniques, pauvres en calcium et magnésium (marnes ou grès, laves variées). Roches très fortement recristallisées, les gneiss sont très résistants à l'érosion." leptynitiques"Du grec leptunô « amincir » et ítês « minéral », les leptynites sont des roches métamorphiques claires, riches en feldspath et en quartz et pauvre en amphibole et en mica. Elles ont été recristallisées à partir d’un grès ou d’un granite.
On appelle "gneiss leptynitique" des gneiss dont la foliation est soulignée par de multiples lits de feldspaths clairs. Ils sont fréquents dans la chaîne de Belledonne."
à lits amphiboliques"Du grec amphibolos « ambigu », les amphibolites sont des roches métamorphiques riches en amphibole, minéral vert sombre, qui cristallise lorsque la roche originelle était riche en calcium et en magnésium (par exemple des calcaires ou des laves basaltiques).
La plupart des amphibolites des massifs cristallins des Alpes semblent provenir d'anciennes roches volcaniques (ou de cendres volcaniques).
On appelle gneiss amphiboliques, une alternance de lits sombres, franchement amphiboliques, et de lits clairs formés par un feldspath."
, et d'amphibolites"Du grec amphibolos « ambigu », les amphibolites sont des roches métamorphiques riches en amphibole, minéral vert sombre, qui cristallise lorsque la roche originelle était riche en calcium et en magnésium (par exemple des calcaires ou des laves basaltiques).
La plupart des amphibolites des massifs cristallins des Alpes semblent provenir d'anciennes roches volcaniques (ou de cendres volcaniques).
On appelle gneiss amphiboliques, une alternance de lits sombres, franchement amphiboliques, et de lits clairs formés par un feldspath."
. (5)
 

  N°1 d'après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°2 d'après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°3 d'après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°4 d'après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°5 d’après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°6 d’après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°7 d'après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°8 d'après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°9 d'après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

 

  Contexte écologique du lac

      De par son relief parsemé de plateaux et d'abrupts, son climat relativement sec et la nature de son sol (juxtaposition de substrats carbonatés et siliceux), le massif du Taillefer (2 857 m) possède des habitats naturels variés comprenant :
- des zones rocheuses,
- des versants secs (pelouses steppiques sub-continentales),
- des forêts,
- des lacs,
- des tourbières et des marais d'altitude.

      Plus particulièrement, l'espace naturel qui héberge le lac de l’Agneau (2 040 m), le lac Culasson (2 045 m), le lac Noir (2 040 m), le lac de la Vache (2 028 m)..., comprend des zones humides parsemées de petits lacs, de tourbières et de marais d'altitude, et d'autres zones de pelouse sèche permettant aux plantes résistantes à la sécheresse de survivre. Ce site est d'une grande richesse floristique, faunistique, écologique et palynologique"Du grec « palunein », pollen et « logos », discours, la palynologie est la science qui s'intéresse aux spores et aux grains de pollen.".
Ce secteur recèle un habitat très particulier et très fragile : des sources pétrifiantes, aussi appelées tuffières, dont les eaux carbonatées, riches en calcaire, forment des concrétions nommées "tuf"Du latin tofus « pierre poreuse et friable », le tuf est une roche poreuse, légère, souvent friable, formée de dépôts dont l'origine est soit volcanique, soit calcaire."". (1)

      La flore des zones humides est représentée par :
- la Laîche des tourbières (Carex limosa), Cypéracée caractéristique des tourbières,
- l'Orchis de Traunsteiner (Dactylorhiza traunsteineri),
- la Pesse d'eau (Hippuris vulgaris),
- la Saussurée discolore (Saussurea discolor (Willd.) DC., 1810), Astéracée très rare en France, qu'on retrouve également dans la Chaîne de Belledonne dans les landes et les pelouses sommitales, et vers la Salette dans le département de l'Isère,
- la Droséra à feuilles rondes (Drosera rotundifolia), plante carnivore, protégée en France,
- la Linaigrette engainante (Eriophorum vaginatum L., 1753), plante adaptée aux zones humides,
- plusieurs plantes aquatiques (hydrophytes) du genre Potamogeton.

      La flore des zones de pelouse sèche est représentée par :
- la Stipe pennée (Stipa pennata),
- l'Astragale esparcette ou Astragale faux-sainfoin (Astragalus onobrychis L., 1753),
- l'Astragale toujours verte (Astragalus sempervirens),
- le Laser de France (Laserpitium gallicum L., 1753).
Privée de l'entretien prodigué par le pâturage ou le débroussaillage, cette pelouse sèche commence à être envahie de buissons, qui contribuent à la diminution de la biodiversité du milieu.

      Parmi les Oiseaux nicheurs, se trouvent :
- la Perdrix bartavelle (Alectoris graeca), Galliforme de montagne recherchant les versants ouverts et ensoleillés avec des barres rocheuses,
- le Tétras lyre (Tetrao tetrix), Galliforme emblématique des Alpes,
- le Lagopède alpin (Lagopus mutus), Galliforme d'origine arctique, relique de l'époque glaciaire dans les Alpes, où il occupe les reliefs de croupes et de crêtes, fréquemment enneigés et balayés par le vent,
- le Tarier des prés (Saxicola rubetra), Passériforme des pâturages,
- la Bécasse des Bois (Scolopax rusticola),
- la Perdrix bartavelle (Alectoris graeca), Galliforme de montagne recherchant les versants ouverts et ensoleillés avec des barres rocheuses,
- la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurioses), qui empale ses proies sur les épines des buissons ou sur les fils de fer barbelés,
- le Chocard à bec jaune (Pyrrhocorax graculus), Corvidé des falaises,
- le Monticole merle-de-roche (Monticola saxatilis), au typique plumage orange et bleu, qui se rencontre sur les versants abrupts.

(En savoir plus)

      Inventaire de la faune et de la flore: INPN
 

  N°1 d’après le site INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel inpn.mnhn.fr, Copyright ©

 

 

Photo n°20090609
Lac Noir (2040m) (Taillefer, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Est, au loin les 3 Aiguilles d'Arves
(Les noms des lacs s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris)

Au premier plan, de la gauche vers la droite:

  Lac Noir (2040m)
  Lac de l'Agneau (2040m)
  Lac Culasson (2045m)

   
Au second plan:   Lac de la Vache (2009m)

 

Photo n°19920904
Lac Noir (2040m) (Taillefer, Isère)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Est, au loin les 3 Aiguilles d'Arves
(Les noms des lacs s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris)

Au premier plan, de la gauche vers la droite:

  Lac Noir (2040m)
  Lac de l'Agneau (2040m)

   
Au second plan:   Lac de la Vache (2009m)

 

Haut de page Retour au sommaire Pêche n°1 Pêche n°2 Autres lacs du Taillefer Autres lacs de l'Isère