Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire Localisation Itinéraires Géologie Écologie Photographies
Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez par email

 

Lac de la Muzelle (2105 m)

Oisans Écrins

Isère

 

Latitude  44° 57' 02'' N
Longitude 6° 05' 50'' E
Altitude 2 105 m

 

Agrandir la carte IGN d’après le site GÉOPORTAIL https://www.geoportail.gouv.fr



  Itinéraires d'accès au lac

SENTIER BALISÉ

      Le lac de la Muzelle (2 105 m) se situe dans l’Oisans (Isère), à l’intérieur du Parc National des Écrins, au SUD du Bourg-d'Arud (935 m), hameau de Vénosc (carte n°1) et au SUD-SUD-EST de La Danchère (990 m), un autre hameau de Vénosc (carte n°2). Au moins deux départs de randonnée sont possibles : depuis Le Bourg-d'Arud ou depuis La Danchère.

- Au départ du parking du Bourg-d'Arud (935 m) (sortie du hameau, à droite du pont sur le Vénéon) (carte n°1) (Randonnée N°1 et N°2)
On accède en voiture au parking du Bourg-d'Arud (935 m) en empruntant la D 530 qui remonte la Vallée du Vénéon. Le parking se trouve à la sortie du hameau et immédiatement à droite après le pont sur le Vénéon. L'accès routier peut se faire depuis Le Bourg d'Oisans (720 m) (accès routier n°1), les Deux-Alpes (1 650 m) (accès routier n°2),  La Grave (accès routier n°3), Grenoble (accès routier n°4) ou Briançon (accès routier n°5), par exemple.

- Au départ du parking de La Danchère (990 m) (carte n°2) (Randonnée N°3)
On accède en voiture au parking de La Danchère (990 m) en empruntant la D 530, qui remonte la Vallée du Vénéon, puis la D 214c jusqu'à La Danchère. S'il n'y a plus de places disponibles, se garer au parking Les Escallons (888 m), 1,7 km avant La Danchère sur la D 214c. L'accès routier peut se faire depuis Le Bourg d'Oisans (720 m) (accès routier n°1), les Deux-Alpes (1 650 m) (accès routier n°2),  La Grave (accès routier n°3), Grenoble (accès routier n°4) ou Briançon (accès routier n°5), par exemple.

      Voici les itinéraires de randonnée :

  N°1 d’après le site communautaire Bivouak.net www.bivouak.net, Copyright ©

  N°2 d’après le site participatif Altituderando www.altituderando.com, Copyright ©

  N°3 d’après le site communautaire Bivouak.net www.bivouak.net, Copyright ©

 

  Contexte géologique du lac

      Les massifs cristallins sont formés d'un soubassement, le "socle cristallin", surmonté d'une "couverture sédimentaire" (ou pas si cette dernière a disparu sous l'effet de l'érosion !). (En savoir plus)

      Le "socle cristallin" des massifs cristallins, est formé d'un assemblage de cristaux"Du grec krústallos « glace », et du latin crystallus « eau congelée, glace », un cristal est un solide possédant une stucture organisée grâce à un motif répétitif (par opposition à amorphe = non cristallisé)." (d'où le terme "cristallin"). Les minéraux"Un minéral est un cristal possédant une formule chimique déterminée et une structure organisée grâce à un motif répétitif." qui y sont cristallisés ne se forment que dans les profondeurs de la croûte terrestre"Du latin crusta « ce qui enveloppe, ce qui recouvre; notamment en parlant du pain, d'une plaie », la croûte terrestre constitue l'enveloppe externe de la Terre. On distingue deux types:
- La croûte continentale est composée de granites (micashistes, gneiss, granites).
- La croûte océanique, aussi nommé plancher océanique, est composée de basaltes, de gabbros et de serpentinites."
, dans des conditions de températures et de pressions considérablement élevées. Les roches qui forment ce "socle cristallin" ont deux origines : (En savoir plus)
- soit elles proviennent de la croûte"Du latin crusta « ce qui enveloppe, ce qui recouvre; notamment en parlant du pain, d'une plaie », la croûte terrestre constitue l'enveloppe externe de la Terre. On distingue deux types:
- La croûte continentale est composée de granites (micashistes, gneiss, granites).
- La croûte océanique, aussi nommé plancher océanique, est composée de basaltes, de gabbros et de serpentinites."
elle-même, d'où elles ont plongé en direction du manteau"Le manteau est la couche concentrique située entre la croûte et le noyau de la Terre." et ont ainsi subi un métamorphisme"Le métamorphisme (du grec metá , au-delà, après et morphế ,forme) désigne l'ensemble des transformations subies par une roche (sédimentaire, magmatique ou métamorphique) sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides et, parfois, de la composition chimique de la roche. Ces transformations, qui peuvent être minéralogiques, texturales, chimiques ou encore structurales, amènent à une réorganisation des éléments dans la roche et à une recristallisation des minéraux à l'état solide." Christian Nicollet (2010) « Métamorphisme et géodynamique », Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup »,‎ février 2010." (cristallisation ou recristallisation par métamorphisme); c'est le cas de la plupart des roches qui constituent ce socle, ce sont des ROCHES MÉTAMORPHIQUES;
- soit elles proviennent du manteau"Le manteau est la couche concentrique située entre la croûte et le noyau de la Terre.", d'où elles sont remontées :
   - très lentement, sans atteindre la surface, sous la forme de plutons"Du nom du dieu des Enfers, dans la mythologie grecque, le pluton est le devenir d'un magma piégé dans les profondeurs de la croûte terrestre, alors même qu'il montait vers la surface, à travers les roches qui le recouvrait. Ce magma a subit un refroidissement lent conduisant à la formation de granite, type même de la roche "intrusive". Les plutons n'apparaissent en surface que suite à des processus d'érosion : ils forment alors des massifs en coupole, constitués de granite." de granite"De l'italien granito, « qui a une structure granuleuse », les granites sont des roches claires, en général, se caractérisant chimiquement par une relative pauvreté en calcium et magnésium et une richesse en silice. Type même de la roche intrusive ou plutonique, les granites sont composés de minéraux de quartz (silice pure), de feldspaths (silice et alumine) et de micas (Biotite, couleur noir ou Muscovite, couleur blanche)."; ce sont des ROCHES PLUTONIQUES"Les roches plutoniques (ou intrusives) se forment lors du refroidissement d'un magma en profondeur. La lenteur du processus (jusqu'à plusieurs dizaines de milliers d'années) permet aux roches de cristalliser. Ces roches sont généralement grenues." ou INTRUSIVES (cristallisation par refroidissement lent);
   - très rapidement, en épandant leurs laves à la surface du sol, ce sont des ROCHES VOLCANIQUES"Les roches volcaniques se forment lors du refroidissement rapide d'un magma arrivé en surface de la croûte terrestre. On les appelle aussi roches extrusives ou roches effusives." (cristallisation perturbée par refroidissement rapide).

      La "couverture sédimentaire" des massifs cristallins, est formée, quant à elle, de sédiments datant de l'Ère Secondaire et de l'Ère Tertiaire (sédiments non métamorphisés, par définition). (En savoir plus)
 

      Ainsi le massif des Écrins - Pelvoux (4 102 m) fait partie des principaux massifs cristallins"Les massifs cristallins sont formés d'un soubassement, le "socle cristallin", surmonté d'une "couverture sédimentaire" (ou pas si cette dernière a disparu sous l'effet de l'érosion !).

Le "socle cristallin" des massifs cristallins, est formé d'un assemblage de cristaux (d'où le terme "cristallin"). Les minéraux qui y sont cristallisés ne se forment que dans les profondeurs de la croûte terrestre, dans des conditions de températures et de pressions considérablement élevées. Les roches qui forment ce "socle cristallin" ont deux origines :
- soit elles proviennent de la croûte elle-même, d'où elles ont plongé en direction du manteau et ont ainsi subi un métamorphisme (cristallisation ou recristallisation par métamorphisme); c'est le cas de la plupart des roches qui constituent ce socle, ce sont des roches métamorphiques;
- soit elles proviennent du manteau, d'où elles sont remontées :
   - très lentement, sans atteindre la surface, sous la forme de plutons de granites; ce sont des roches plutoniques ou intrusives (cristallisation par refroidissement lent);
   - très rapidement, en épandant leurs laves à la surface du sol, ce sont des roches volcaniques (cristallisation perturbée par refroidissement rapide).

La "couverture sédimentaire" des massifs cristallins, est formée, quant à elle, de sédiments datant de l'Ère Secondaire et de l'Ère Tertiaire (sédiments non métamorphisés, par définition)."
des Alpes externes, au même titre que le Mercantour, la Chaîne de Belledonne ou le Mont Blanc. C’est aussi le plus grand et le seul à présenter une forme circulaire. Son "socle cristallin"Le "socle cristallin" des massifs cristallins, est formé d'un assemblage de cristaux (d'où le terme "cristallin"). Les minéraux qui y sont cristallisés ne se forment que dans les profondeurs de la croûte terrestre, dans des conditions de températures et de pressions considérablement élevées. Les roches qui forment ce "socle cristallin" ont deux origines :
- soit elles proviennent de la croûte elle-même, d'où elles ont plongé en direction du manteau et ont ainsi subi un métamorphisme (cristallisation ou recristallisation par métamorphisme); c'est le cas de la plupart des roches qui constituent ce socle, ce sont des roches métamorphiques;
- soit elles proviennent du manteau, d'où elles sont remontées :
   - très lentement, sans atteindre la surface, sous la forme de plutons de granites; ce sont des roches plutoniques ou intrusives (cristallisation par refroidissement lent);
   - très rapidement, en épandant leurs laves à la surface du sol, ce sont des roches volcaniques (cristallisation perturbée par refroidissement rapide)."
" comporte plusieurs types de roches métamorphiques"Le métamorphisme (du grec metá , au-delà, après et morphế ,forme) désigne l'ensemble des transformations subies par une roche (sédimentaire, magmatique ou métamorphique) sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides et, parfois, de la composition chimique de la roche. Ces transformations, qui peuvent être minéralogiques, texturales, chimiques ou encore structurales, amènent à une réorganisation des éléments dans la roche et à une recristallisation des minéraux à l'état solide." Christian Nicollet (2010) « Métamorphisme et géodynamique », Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup »,‎ février 2010.", une seule sorte de roche intrusive ou plutonique"Du nom du dieu des Enfers, dans la mythologie grecque, le pluton est le devenir d'un magma piégé dans les profondeurs de la croûte terrestre, alors même qu'il montait vers la surface, à travers les roches qui le recouvrait. Ce magma a subit un refroidissement lent conduisant à la formation de granite, type même de la roche "intrusive". Les plutons n'apparaissent en surface que suite à des processus d'érosion : ils forment alors des massifs en coupole, constitués de granite." (granite"De l'italien granito, « qui a une structure granuleuse », les granites sont des roches claires, en général, se caractérisant chimiquement par une relative pauvreté en calcium et magnésium et une richesse en silice. Type même de la roche intrusive ou plutonique, les granites sont composés de minéraux de quartz (silice pure), de feldspaths (silice et alumine) et de micas (Biotite, couleur noir ou Muscovite, couleur blanche).") et quelques roches volcaniques"Les roches volcaniques se forment lors du refroidissement rapide d'un magma arrivé en surface de la croûte terrestre. On les appelle aussi roches extrusives ou roches effusives.". Les roches métamorphiques"Le métamorphisme (du grec metá , au-delà, après et morphế ,forme) désigne l'ensemble des transformations subies par une roche (sédimentaire, magmatique ou métamorphique) sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides et, parfois, de la composition chimique de la roche. Ces transformations, qui peuvent être minéralogiques, texturales, chimiques ou encore structurales, amènent à une réorganisation des éléments dans la roche et à une recristallisation des minéraux à l'état solide." Christian Nicollet (2010) « Métamorphisme et géodynamique », Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup »,‎ février 2010.", qui constituent la majeure partie du "socle cristallin", se sont formées par recristallisation lors de l’apparition de montagnes à l’Ère Primaire (Hercynien"Hercynien (du latin Hercynia silva, forêt hercynienne, qui s'étendait sur l'Allemagne centrale) désigne les reliefs formés en Europe occidentale durant la période géologique d'orogenèse de même nom. Pendant cette période, qui s'est étalée du Dévonien (-400 millions d'années) au Permien (-245 millions d'années), trois masses continentales se sont rapprochées, puis chevauchées pour former le supercontinent Pangée. Cette collision continentale est à l'origine de la surrection de plusieurs massifs européens nommés chaîne hercynienne ou chaîne varisque."). Les plutons"Du nom du dieu des Enfers, dans la mythologie grecque, le pluton est le devenir d'un magma piégé dans les profondeurs de la croûte terrestre, alors même qu'il montait vers la surface, à travers les roches qui le recouvrait. Ce magma a subit un refroidissement lent conduisant à la formation de granite, type même de la roche "intrusive". Les plutons n'apparaissent en surface que suite à des processus d'érosion : ils forment alors des massifs en coupole, constitués de granite." de granite"De l'italien granito, « qui a une structure granuleuse », les granites sont des roches claires, en général, se caractérisant chimiquement par une relative pauvreté en calcium et magnésium et une richesse en silice. Type même de la roche intrusive ou plutonique, les granites sont composés de minéraux de quartz (silice pure), de feldspaths (silice et alumine) et de micas (Biotite, couleur noir ou Muscovite, couleur blanche)." se sont eux aussi formés durant l'orogénèse"L'orogénèse (grec oros, « montagne » et genesis, « naissance ») désigne l'ensemble des processus géodynamiques par lesquels se constituent les chaînes de montagnes." hercynienne. L'ensemble du socle a été soulevé lors de la surrection des Alpes, il y a 40 millions d’années. Le massif des Écrins héberge également des terrains sédimentaires"La "couverture sédimentaire" des massifs cristallins, est formée, quant à elle, de sédiments datant de l'Ère Secondaire et de l'Ère Tertiaire (sédiments non métamorphisés, par définition).". (En savoir plus)
(Carte géologique du massif des Écrins - Pelvoux par le Pr GIDON)

      Le Vallon de la Muzelle suit une bande de terrains sédimentaires"La "couverture sédimentaire" des massifs cristallins, est formée, quant à elle, de sédiments datant de l'Ère Secondaire et de l'Ère Tertiaire (sédiments non métamorphisés, par définition)." bordée sur ces deux flancs de socle cristallin"Le "socle cristallin" des massifs cristallins, est formé d'un assemblage de cristaux (d'où le terme "cristallin"). Les minéraux qui y sont cristallisés ne se forment que dans les profondeurs de la croûte terrestre, dans des conditions de températures et de pressions considérablement élevées. Les roches qui forment ce "socle cristallin" ont deux origines :
- soit elles proviennent de la croûte elle-même, d'où elles ont plongé en direction du manteau et ont ainsi subi un métamorphisme (cristallisation ou recristallisation par métamorphisme); c'est le cas de la plupart des roches qui constituent ce socle, ce sont des roches métamorphiques;
- soit elles proviennent du manteau, d'où elles sont remontées :
   - très lentement, sans atteindre la surface, sous la forme de plutons de granites; ce sont des roches plutoniques ou intrusives (cristallisation par refroidissement lent);
   - très rapidement, en épandant leurs laves à la surface du sol, ce sont des roches volcaniques (cristallisation perturbée par refroidissement rapide)."
. Ainsi le lac de la Muzelle (2 105 m) se situe dans un environnement de roches sédimentaires"Les roches sédimentaires proviennent de l'accumulation de sédiments qui se déposent le plus souvent en couches ou lits superposés, appelés strates." où des cargneules (calcaires"Du latin «calcarius», calcaire, chaux, les calcaires sont des roches sédimentaires, tout comme les grès ou les gypses, facilement solubles dans l'eau, composées majoritairement de carbonate de calcium CaCO3." du Lias) affleurent sur le rivage NORD-OUEST (avec des formations caractérisées "Roche Percée", "Cheminées de fée"), tandis que des schistes"La schistosité est la texture feuilletée caractéristique, formée par une succession de plaques très fines, que prennent les roches après avoir subit un métamorphisme." du Lias supérieur constituent les autres rivages. (Lias supérieur : entre -191 et -174 millions d'années). Tous les versants aux alentours du lac sont formés par des gneiss"De même composition minérale que les granites (quartz, feldspaths, mica), les gneiss sont des roches métamorphiques qui dérivent pour la plupart d'anciennes roches sédimentaires ou volcaniques, pauvres en calcium et magnésium (marnes ou grès, laves variées). Roches très fortement recristallisées, les gneiss sont très résistants à l'érosion." du socle cristallin. (2) (3)
(4)

      La présence du lac de la Muzelle est due à un surcreusement glaciaire"Le creusement érosif dû à la glace laisse une cavité plus profonde que s’il avait été causé par de l’eau liquide : c'est la raison pour laquelle on parle de surcreusement.", barré par un verrou"Un verrou est un ressaut qui marque l'endroit où le glacier a moins profondément affouillé qu'à l'aval et à l'amont. Souvent constitué de roches plus dures, il forme ainsi un point haut où la vallée est plus étroite : c'est un barrage." rocheux. (Le creusement érosif dû à la glace laisse une cavité plus profonde [on parle de surcreusement] que s’il avait été causé par de l’eau liquide). Lorsqu’un verrou"Un verrou est un ressaut qui marque l'endroit où le glacier a moins profondément affouillé qu'à l'aval et à l'amont. Souvent constitué de roches plus dures, il forme ainsi un point haut où la vallée est plus étroite : c'est un barrage.", constitué par des roches plus dures, plus résistantes à l’abrasion, tend à bloquer l’écoulement d’un glacier, la glace qui continue à s’accumuler en amont, creuse, affouille"Du latin «fodiculare», fouir, creuser, affouiller signifie attaquer en creusant et comme en fouillant le sol ou la base d'une roche, en parlant de l'action de l'eau et/ou de la glace.", érode dans les roches les plus tendres. Les débris rocheux dus à l’érosion sont évacués en remontant la pente dans le sens de l’écoulement du glacier. Une dépression se forme dans la zone SUR-creusée : on la nomme OMBILIC GLACIAIRE"L'ombilic pour la zone déprimée, surcreusée, situé en amont du verrou glaciaire. Après le retrait du glacier, cette dépression est généralement occupée par un lac.". Le barrage naturel, qui est à l’origine de la formation de cet ombilic, porte quant à lui le nom de VERROU GLACIAIRE"Un verrou est un ressaut qui marque l'endroit où le glacier a moins profondément affouillé qu'à l'aval et à l'amont. Souvent constitué de roches plus dures, il forme ainsi un point haut où la vallée est plus étroite : c'est un barrage.". Lorsque le glacier fond, un lac occupe l’ombilic avant d’être comblé par des alluvions. Actuellement une tourbière envahie partiellement le lac de la Muzelle : à terme, celui-ci disparaîtra.
 

       Carte géologique des alentours du lac (5)
 

  N°1 d’après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°2 d’après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°3 d’après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°4 d’après le site GÉOLOGIE ET PATRIMOINE MATHEYSINE ET ALENTOURS http://geologie-patrimoine-matheysine.fr de Maurice SÉCHIER, Copyright ©

  N°5 d’après le site LACS SENTINELLES www.lacs-sentinelles.org, Copyright ©

  N°6 d’après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

  N°7 d’après le site GEOL-ALP www.geol-alp.com de Maurice GIDON, Copyright ©

 

  Contexte écologique du lac

      Le lac de la Muzelle (2 105 m) présente les caractéristiques suivantes : (1)
- Superficie : 9,68 ha
- Profondeur maximale : 18 m (en savoir plus) (2)
- Durée du gel : 7 mois
- Carte des habitats (3)

      Le Parc National des Écrins compte 200 espèces animales protégées en France dont 110 espèces d'Oiseaux nicheurs. Plus de 1 800 espèces végétales ont été inventoriées. Une telle profusion traduit la grande variété des milieux naturels qui s'explique par la diversité des substrats rocheux, l'orientations des vallées et des versants, l'étagement altitudinal.

      L'espace naturel où est établi le lac de la Muzelle (2 105 m) s'inscrit dans un paysage minéral de haute montagne glaciaire et rocheuse, où prédominent les escarpements rocheux, les éboulis, les moraines et les appareils glaciaires. Ce secteur est soumis à un climat de type montagnard continental intra-alpin relativement sec et froid, ne subissant que très peu les influences atlantiques. La coexistence de terrains siliceux (gneiss"De même composition minérale que les granites (quartz, feldspaths, mica), les gneiss sont des roches métamorphiques qui dérivent pour la plupart d'anciennes roches sédimentaires ou volcaniques, pauvres en calcium et magnésium (marnes ou grès, laves variées). Roches très fortement recristallisées, les gneiss sont très résistants à l'érosion.") et sédimentaires (schistes"La schistosité est la texture feuilletée caractéristique, formée par une succession de plaques très fines, que prennent les roches après avoir subit un métamorphisme.", dolomies"Les dolomies sont des roches sédimentaires, qui contiennent au moins 25% d’un minéral nommé dolomite (carbonate double de calcium et de magnésium : CaMg(CO3)2), et aussi d’autres carbonates (carbonate de calcium, CaCO3) , (carbonate de magnésium, MgCO3), …", cargneules) permet l'épanouissement d'une flore d'une grande diversité, inféodée aux rocailles de hautes altitudes et aux milieux périglaciaires. (4)

      Parmi les animaux, les alentours immédiat du lac de la Muzelle accueillent : (4)
- la Grenouille rousse (Rana temporaria), Amphibien Anoure, essentiellement nocturne et très actif par temps de pluie, dont les adultes se regroupent dans des mares pour procréer, puis regagnent les bois environnants pour poursuivre leur vie et hiverner,
- le Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), Corvidé inféodé aux alpages (où il se nourrit) situés à proximité de falaises (où il niche),
- le Lagopède alpin (Lagopus mutus), Lagomorphe d'origine arctique, relique de l'époque glaciaire dans les Alpes, où il occupe les reliefs de croupes et de crêtes, fréquemment enneigés et balayés par le vent.

(En savoir plus)

      Inventaire de la faune et de la flore : INPN (Cet inventaire mériterait d'être plus fourni...)

      Le lac de la Muzelle a, d'un point de vue écologique, un fonctionnement perturbé par la diminution du taux d'oxygène de l'eau qui le constitue. Mais quelle en est la cause?


D'après le reportage de Céline AUBERT et Dominique SEMET (novembre 2015):
 
Les lacs d'altitude "perturbés"

  N°1 d’après le site LACS SENTINELLES www.lacs-sentinelles.org, Copyright ©

  N°2 d’après le site LACS SENTINELLES www.lacs-sentinelles.org, Copyright ©

  N°3 d’après le site LACS SENTINELLES www.lacs-sentinelles.org, Copyright ©

  N°4 d’après le site INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel inpn.mnhn.fr, Copyright ©

 

 

Photo n°201308001
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris).

Photo n°201308002
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Nord
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris).
En savoir plus sur les "Cheminées de fée".

Photo n°201308008
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud-Sud-Ouest
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris).

Photo n°201308023
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud-Sud-Est
(Roche de la Muzelle (3465 m) et son glacier éponyme, col de la Muzelle (2613 m))

Photo n°201308025
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

Vue direction Sud-Est
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris).
En savoir plus sur les "Cheminées de fée".

Photo n°201308020
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud, sur le col de la Muzelle (2613 m).
Refuge communal de la Muzelle (2115 m), au premier plan.

Photo n°201308003
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Nord-Nord-Ouest sur l'Aiguille de Vénosc (2830m)

Photo n°201308010
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Ouest-Nord-Ouest
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris).

Photo n°201308022
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud-Sud-Est, sur la Roche de la Muzelle (3465 m) et son glacier éponyme

Photo n°201308004
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Nord-Nord-Ouest sur l'Aiguille de Vénosc (2830m)

Photo n°201308021
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud
(Roche de la Muzelle (3465 m) et son glacier éponyme, col de la Muzelle (2613 m))

Photo n°201308013
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud-Ouest

Photo n°201308017
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud-Sud-Ouest, sur le col de la Muzelle (2613 m))

Photo n°201308024
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud-Est
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris).
En savoir plus sur les "Cheminées de fée".

Photo n°201308005
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Face Nord-Ouest de la Roche Percée.
Au loin: Roche de la Muzelle (3465 m) et son glacier éponyme.

Photo n°201308007
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Face Sud-Est de la Roche Percée
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris).

Photo n°201308006
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

La Roche Percée et les Cheminées de fée.
Bien qu'improprement notées "Cheminées de fée" sur la carte IGN, ces formations sont, en toute rigueur des "pitons de cargneules triasiques".
En savoir plus.

Photo n°201308016
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
La Roche de la Muzelle (3465 m) et son glacier éponyme.

Photo n°201308011
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
La Roche de la Muzelle (3465 m) et son glacier éponyme.

Photo n°201308014
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
La Roche de la Muzelle (3465 m) et son glacier éponyme.

Photo n°201308019
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud-Sud-Ouest, sur le col de la Muzelle (2613 m))

Photo n°201308015
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Pic du Clapier du Peyron (3169 m) et Tête de la Muraillette (3019 m)
(Les noms s'affichent au survol de l'image par le curseur de la souris).

Photo n°201308012
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
La Roche de la Muzelle (3465 m) et son glacier éponyme.

Photo n°201308009
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

Vue direction Ouest-Sud-Ouest.
Au premier plan: "piton de cargneules triasiques", improprement noté "Cheminée de fée" sur la carte IGN.
En savoir plus.

Photo n°201308018
Lac de la Muzelle (2105 m) (Oisans, Écrins, Isère)
Cliché Dominique SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud-Sud-Ouest, sur le col de la Muzelle (2613 m))

 

Haut de page Retour au sommaire Pêche Autres lacs des Écrins 38 Autres lacs de l'Isère