Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire Biologie Photographies

 

Gentiane de Koch
Gentiana kochiana ou Gentiana acaulis

 

BIOLOGIE DE LA GENTIANE DE KOCH

La Gentiane de Koch ou Gentiane acaule pousse uniquement sur des sols acides et décalcifiés. Elle ressemble beaucoup à la Gentiane clusius (Gentiana clusii) (avec tout de même quelques différences, notamment au niveau des pétales), qui elle ne se rencontre qu’en terrain calcaire. Ces deux espèces s’excluent mutuellement : on dit qu’elles sont VICARIANTES. (1)

Gentiane de Koch (Gentiana kochiana ou Gentiana acaulis)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

         On appelle vicariance (latin, vicarius, remplaçant) le fait que deux espèces voisines occupant la même niche écologique s’excluent l’une l’autre à cause de barrières géographiques (rivière, montagne, vallée, glacier...) ou pour des raisons écologiques (exposition, nature du sol…). A l’endroit où se trouve une espèce, l’autre est absente. Les deux espèces ont probablement un ancêtre commun.

Comme beaucoup d'autres fleurs d'altitude, la Gentiane de Koch est une plante naine. Le nanisme est dû à l'action conjuguée de la luminosité et de la température. En effet, les rayons ultraviolets du soleil, intenses en haute montagne, ralentissent fortement la croissance verticale des plantes, même si leurs effets sur les tiges horizontales restent modérées (2). Par ailleurs, cette croissance, qui devrait avoir lieu de nuit, comme toutes les plantes, est fortement inhibées par les basses températures nocturnes.

Les fleurs de la Gentiane acaule sont bleues, comme beaucoup de fleurs de montagne, et paraissent disproportionnées. Ces fleurs, qui consomment énormément d'énergie, ont pour seule fonction d'attirer les insectes pollinisateurs. En effet, ces derniers perçoivent très bien la lumière bleue et ultraviolette. La "grande" taille des clochettes de la Gentiane de Koch accentue le pouvoir attractif de la fleur pour les insectes et augmente ainsi la probabilité de sa fécondation entomophile (grec, éntoma, insecte, et philos, « qui aime »). (2)

Pour en savoir plus, consultez la bibliographie et la webographie qui suivent.

 

BIBLIOGRAPHIE

  N°1 DANESCH Othmar et Edeltraud (1994)
« Le monde fascinant de la flore alpine » ; Éditions Didier Richard

  N°2 FISCHESSER Bernard (2009)
« La vie de la montagne » ; Éditions de la Martinière

 

WEBOGRAPHIE

  N°1' Erick DRONNET, Belles Fleurs de France http://erick.dronnet.free.fr/belles_fleurs_de_france

  N°2' Hubert et Norbert, Plantes Sauvages http://www.plantes-sauvages.com

  N°3' Jardin ! l’Encyclopédie http://nature.jardin.free.fr

  N°4' Franck LE DRIANT, FLOREALPES, http://www.florealpes.com

  N°5' WIKIPÉDIA http://fr.wikipedia.org

 

Haut de page Retour au sommaire Photographies Flore des montagnes