Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez par email

 

La double fécondation chez les Angiospermes (plantes à fleurs)

 

Les fleurs des Angiospermes (plantes à fleurs) se forment à partir de feuilles et de tiges qui subissent une modification majeure afin de devenir des organes servant à la reproduction sexuée. Et ce qui est vraiment très intéressant, c’est que cette reproduction s’accompagne d’une double fécondation.

Dans une fleur, on appelle étamines les pièces mâles qui généralement entourent une pièce femelle nommée pistil (cas général d'une fleur hermaphrodite, qui contient à la fois des pièces mâles et des pièces femelles). Au bout des étamines se trouvent des sacs, les anthères, qui produisent les grains de pollen. Chaque grain de pollen contient deux spermatozoïdes sans flagelle. Au bas du pistil, se situe un ovaire qui contient un ou plusieurs ovules. Chaque ovule renferme un sac embryonnaire qui contient un œuf (oosphère) et une grosse cellule centrale. On appelle pollinisation le transfert de pollen des anthères aux ovules (par le vent, les insectes, etc.). Grâce au pollen, les fécondations chez les Angiospermes (plantes à fleurs) ne se font pas en milieu aqueux, comme chez les Algues, les Bryophytes (mousses) et les Ptéridophytes (fougères), par exemple, qui, elles, ne contiennent pas de pollen. Chez les Angiospermes, les spermatozoïdes ne « nagent » pas de l’anthère jusqu’au sac embryonnaire ! Une fois collé à l'extrémité du pistil, sur une structure nommée stigmate, le grain de pollen germe. Un tube, appelé tube pollinique, se forme. Il permet d'établir la jonction stigmate - ovule et le dépôt des deux spermatozoïdes dans le sac embryonnaire. Tandis qu’un spermatozoïde féconde l’oosphère, qui deviendra un embryon, l’autre féconde les deux noyaux de la grosse cellule centrale du sac embryonnaire. Celle-ci deviendra un tissu riche en amidon, appelé endosperme, réserve nutritive pour la future graine. C'est cette union de deux spermatozoïdes à deux cellules différentes du sac embryonnaire, qui est appelée double fécondation. Cette double fécondation permet de synchroniser, à l’intérieur même de la graine, l’élaboration d’une réserve nutritive, avec le développement d’un embryon. L’endosperme ne se forme que si l’oosphère a été fécondée. Il n’y a ainsi pas de gaspillage de nutriments. L’ovaire devient alors mature et porte le nom de fruit. Chaque fruit contient une ou plusieurs graines. Lorsque la graine germe, l’embryon de la plante peut se développer, dans un premier temps, grâce à la réserve nutritive (endosperme) contenue dans la graine. Et c’est seulement lorsqu’elle est capable d’effectuer la photosynthèse que la jeune plante devient autonome.

 

Haut de page Retour au sommaire Flore des montagnes