Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire Localisation Itinéraires Géologie et écologie Photographies
Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez par email

 

Lac d'Oô (1504m)

Haute-Garonne

Pyrénées

 

Latitude  42° 44' 26'' N
Longitude 0° 29' 34'' E
Altitude 1 504 m

 

Agrandir la carte IGN d’après le site GÉOPORTAIL https://www.geoportail.gouv.fr



  Itinéraires d'accès au lac

RANDONNÉE FAMILIALE SUR SENTIER BALISÉ ET SUR-FRÉQUENTÉ

      Le lac d'Oô (1 504 m) (Haute-Garonne) se situe dans les Pyrénées, à 10 km en projection horizontale"Distance en projection sur une carte (plan)
=
Distance à vol d'oiseau."
au SUD-OUEST de Bagnères-de-Luchonn (611 m) et à environ 3,5 km au SUD du parking des Granges d'Astau (1 139 m), départ de la randonnée (carte).

      L'accès routier le plus simple emprunte la D 76 qui remonte la vallée d'Oô, en passant par le village d' (954 m). Le parking aux Granges d'Astau (1 139 m), terminus de la route, marque le départ de la randonnée familiale.

      L'accès en voiture jusqu'au ce parking peut se faire depuis (accès routier n°1), Bagnères-de-Luchon (accès routier n°2), Saint-Gaudens (accès routier n°3), Tarbes (accès routier n°4) ou Toulouse (accès routier n°5), par exemple.

      Voici les itinéraires de randonnée :

  N°1 d’après le site Lacs des Pyrénées www.lacsdespyrenees.com de Fabien Girard, Copyright ©

 

  Contexte géologique et écologique du lac

      L'histoire géologique des Pyrénées est complexe et remarquablement bien expliquée ici (1) (1').

      Situé à l'extrême SUD du département de la Haute-Garonne, la vallée de la Neste d'Oô regroupe des formations métamorphiques"Le métamorphisme (du grec metá , au-delà, après et morphế ,forme) désigne l'ensemble des transformations subies par une roche (sédimentaire, magmatique ou métamorphique) sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides et, parfois, de la composition chimique de la roche. Ces transformations, qui peuvent être minéralogiques, texturales, chimiques ou encore structurales, amènent à une réorganisation des éléments dans la roche et à une recristallisation des minéraux à l'état solide." Christian Nicollet (2010) « Métamorphisme et géodynamique », Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup »,‎ février 2010", magmatiques"Les roches magmatiques ou roches ignées (anciennement, roches éruptives), se forment quand un magma, provenant du manteau, se refroidit et se solidifie, avec ou sans cristallisation complète des minéraux qui le compose.
Cette solidification peut se produire :
- en profondeur, cas des roches magmatiques plutoniques (dites « intrusives »),
- en surface, cas des roches magmatiques volcaniques (dites « extrusives » ou « effusives »)."
et sédimentaires"Les roches sédimentaires proviennent de l'accumulation de sédiments qui se déposent le plus souvent en couches ou lits superposés, appelés strates.". (2)

      Au SUD du lac d'Oô (1 504 m), se trouve une chaîne de sommets dont l'altitude dépasse 3 000 m : le pic des Crabioules (3 116 m), le pic Perdiguère (3 222 m), le pic des Gourgs blancs (3 129 m)... Ces hauteurs recèlent une grande diversité d'habitats de haute montagne. Ainsi se trouvent :
- des pelouses alpines et subalpines sur substrats acides (schistes"La schistosité est la texture feuilletée caractéristique, formée par une succession de plaques très fines, que prennent les roches après avoir subit un métamorphisme." ardoisiers et granites"De l'italien granito, « qui a une structure granuleuse », les granites sont des roches claires, en général, se caractérisant chimiquement par une relative pauvreté en calcium et magnésium et une richesse en silice. Type même de la roche intrusive ou plutonique, les granites sont composés de minéraux de quartz (silice pure), de feldspaths (silice et alumine) et de micas (Biotite, couleur noir ou Muscovite, couleur blanche)."), qui induisent une végétation de type silicicole"Se dit d'une plante qui aime les sols siliceux, riches en silice, acides et qui n'aime pas les sols calcaires, riches en calcium, alcalin. On dit aussi qu'une telle plante est acidophile ou calcifuge.".
- des combes à neige,
- des landes alpines et boréales,
- des névés,
- des glaciers permanents,
- des éboulis,
- de gros blocs, des rochers, d'imposantes falaises...

      Plus bas, vers le NORD, les vastes pentes sont couvertes de chênaie-hêtraie"Forêt de Chêne et de Hêtre." en soulane"En patois pyrénéen «soulan», du gascon «solan», désigne un «versant exposé au soleil».
Dans les Pyrénées ariégeoises, soulane est le synonyme de «adret», «endroit»."
inférieure, de hêtraies-sapinières"Forêt de Hêtre et de sapin." et de sapinières à l'étage montagnard. Localement, de petits boisements de Pin à crochets (Pinus mugo subsp. uncinata (Ramond ex DC.) Domin, 1936 = Pinus uncinata Ramond ex DC., 1805) apparaissent aux environs de 2 000 m d'altitude (au-dessus de la cascade d'Oô).
Dans les zones intermédiaires et les estives, se trouvent des pelouses et des landes : elles sont gérées par les activités pastorales.
Sur des surfaces réduites, des milieux humides, des tourbières et des bas-marais ont également été recensés.

      En vallée d'Oô, différents types de terrains sédimentaires"Les roches sédimentaires proviennent de l'accumulation de sédiments qui se déposent le plus souvent en couches ou lits superposés, appelés strates.", datant de l'ère Primaire, se succèdent. Le substrat géologique de schistes"La schistosité est la texture feuilletée caractéristique, formée par une succession de plaques très fines, que prennent les roches après avoir subit un métamorphisme." carburés et de roches calcaires explique la présence ponctuelle d'une flore calcicoles"Du latin calcarius, "chaux" et de colere, "habiter", une plante calcicole aime les sols calcaires, riches en calcium et n'aime pas les sols siliceux, riches en silice, acides." et de ses habitats.

      Les milieux de haute montagne jouent un grand rôle sur le débit et la régularité des cours d'eau en aval. L'eau, qui traverse cet espace naturel, est de bonne qualité, bien que, dans la haute vallée d'Oô et la haute vallée de la Pique, le réseau soit en partie perturbé par des aménagements hydrauliques et hydroélectriques. De plus, des prélèvements supplémentaires sont réalisés aux abords des stations de ski pour fabriquer de la neige de culture. Malgré tout, l'élevage extensif"L'élevage extensif est une méthode d'élevage, généralement d'Ovins ou de Bovins, impliquant une faible densité d'animaux sur généralement de grande surfaces naturelles. Aucun apport supplémentaire de nourriture n'est habituellement requis.", encore présent, contribue au maintien des espaces ouverts. Les forêts développées sur des versants escarpés permettent de limiter l'érosion des sols. La majorité des nombreux biotopes"Du grec bíos « vie », et tópos « lieu », le biotope est un milieu de vie où les conditions écologiques sont considérées comme homogènes et bien définies." est d'accès difficile. Ainsi les espèces végétales et animales, présentes sur ce site naturel, trouvent des conditions favorables à leur développement. (2)

      La très grande diversité des habitats naturels, de l'étage collinéen à l'étage nival, a permis le développement d'une flore et d'une faune particulièrement riches.

      Parmi les espèces végétales, se rencontrent : (2)
- le Cranson des Pyrénées ou Cochléaire des Pyrénées (Cochlearia pyrenaica), plante herbacée vivace, protégé en Midi-Pyrénées,
- la Droséra à feuilles rondes (Drosera rotundifolia), plante carnivore des tourbières, protégée en France,
- la Linaigrette de Scheuchzer (Eriophorum scheuchzeri), protégée au niveau régional, a été vue à proximité de ruisselets du val d'Arrouge, ainsi qu'en bordure du petit lac de la Coume de l'Abesque (seules stations connues en Haute-Garonne),
- la Coralline (Corallorhiza trifida), Orchidée forestière qui pousse sur substrat frais à humide à l'étage montagnard, rare et protégée en Midi-Pyrénées,
- l'Épipogon sans feuilles (Epipogium aphyllum), Orchidée forestière qui pousse sur substrat frais à humide à l'étage montagnard, rare et protégée à l'échelon national,
- le Polystic de Braun (Polystichum braunii), Fougère protégée en France, qui se développe en sous-bois de la forêt domaniale de Bagnères-de-Luchon,
- l'Andromède bleue (Phyllodoce caerulea), une petite Éricacée (comme la Myrtille, le Rhododendrons ou les Bruyères), rare en Midi-Pyrénées et protégée en France, qui s'épanouit dans les pelouses rocailleuses,
- la Saxifrage intermédiaire (Saxifraga media), protégée en région Midi-Pyrénées et qui pousse sur les rochers calcaires,
- l'Androsace des Pyrénées (Androsace pyrenaica), qui pousse sur substrat siliceux, protégée à l'échelon national,
- l'Androsace de Vandelli (Androsace vandellii), qui pousse sur substrat siliceux, protégée à l'échelon national,
- le Woodsia alpin (Woodsia alpina), qui pousse sur substrat siliceux, protégée à l'échelon national,
- l'Androsace ciliée (Androsace ciliata), qui pousse sur substrat siliceux, protégée à l'échelon régional,
- la Saxifrage d'Irat (Saxifraga pubescens subsp. iratina), qui pousse sur substrat siliceux, protégée à l'échelon régional,
- la Grassette des Alpes (Pinguicula alpina), qui s'épanouit sur les rochers humides du cap des Hittes à proximité de la station de Peyragudes (unique station en Haute-Garonne),
- la Swertie pérenne (Swertia perennis), Gentiane des zones humides et calcaires,
- la Renoncule des glaciers (Ranunculus glacialis),
- le Pigamon fétide (Thalictrum foetidum),
- la Véronique nummulaire (Veronica nummularia), plante endémique"L'endémisme, du grec éndêmos, indigène, caractérise la présence naturelle d'un groupe biologique exclusivement dans une région géographique délimitée." des Pyrénées et qui pousse dans éboulis humides,
- la Petite astrance (Astrantia minor),
- l'Épilobe à feuilles verticillées (Epilobium alpestre),
- l'Alsine à feuilles de Céraiste (Minuartia cerastiifolia), protégée en Midi-Pyrénées,
- la Buxbaumie verte (Buxbaumia viridis), Mousse protégée par la directive « Habitats » et la convention de Berne, qui se rencontre sur des bois pourrissants,
- la Scopelophila ligulata, Mousse qui recouvre certains rochers siliceux contenant du cuivre ou des métaux lourds.

      Parmi les Mammifères de ce site, se trouvent : (2)
- le Desman des Pyrénées (Galemys pyrenaicus), qui fréquente les cours d'eau,
- la Loutre d'Europe (Lutra lutra), qui fréquente les cours d'eau,
- l'Isard (Rupicapra pyrenaica),
- quelques Chiroptères (Chauves-souris),
- l'Ours brun (Ursus arctos), introduit en 1990, puis réintroduit de 1996 à 2006.

      Neuf Oiseaux nicheurs sont représentés dans cet espace naturel : (2)
- le Lagopède alpin (Lagopus mutus), Galliforme qui occupe les reliefs de croupes et de crêtes, fréquemment enneigés et balayés par le vent,
- le Grand Tétras ou Grand coq de bruyère (Tetrao urogallus), plus gros Galliforme d'Europe,
- la Perdrix grise des Pyrénées (Perdix perdix hispaniensis), dont les effectifs sont en régression,
- l'Aigle royal (Aquila chrysaetos),
- le Faucon pèlerin (Falco peregrinus),
- le Circaète Jean le blanc (Circaetus gallicus),
- la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus), Strigidé forestier,
- le Grand duc d'Europe (Bubo bubo),
- le Pic à dos blanc (Dendrocopus leucotos).

      Les Reptiles sont représentés par :
- le Lézard pyrénéen de De Bonnal (Iberolacerta bonnali), dont quelques populations inféodées à des milieux rocheux tels qu'éboulis, moraines"Emprunté au savoyard morêna, «renflement qui se forme à la lisière inférieure d'un champ en pente par suite de la descente de la terre», une moraine désigne un amas de blocs et de débris rocheux entraîné par le mouvement de glissement d'un glacier (moraine mouvante), et apparaissant lors de son retrait ou s'accumulant sur les bords, le centre ou l'extrémité inférieure de celui-ci (moraine déposée).", cônes de déjection torrentiels et champs d'alluvions glaciaires, ont été mentionnées par le passé.

      Les Insectes comprennent : (2)
- des Coléoptères strictement déterminants :
   - Abdera flexuosa,
   - Mycetoma suturale,
   - Tetratoma ancora,
   - Triplax aenea,
- des Lépidoptères Rhopalocères (Papillons de jour) :
   - le Nacré subalpin (Boloria pales) observé dans le val d'Arrouge,
   - le Damier de la Succise (Euphydryas aurinia) inféodé à certaines zones humides, exclusivement dépendant d'une Herbacée, la Succise des prés (Succisa pratensis), sur laquelle le papillon pond ses œufs au dos des feuilles; la chenille s'en nourrit par la suite; si la Succise des prés disparait, le Damier de la Succise s'éteint avec elle; la protection de ce papillon est un enjeu européen du fait de la raréfaction de ses milieux de vie,
   - la Gorgone (Lasiommata petropolitana)
   - l'Apollon (Parnassius apollo), protégé au niveau européen, peuplant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées entre 500 et 2 500 m d'altitude,
   - la Grande Coronide (Satyrus ferula), population luchonnaise isolée des autres populations de Midi-Pyrénées,
- des Orthoptères :
   - La Decticelle des Pyrénées (Metrioptera buyssoni), Sauterelle liée aux landes montagnardes,
   - le Gomphocère pyrénéen (Gomphoceridius brevipennis), Criquet commun à partir de 2 000 m d'altitude, endémique"L'endémisme, du grec éndêmos, indigène, caractérise la présence naturelle d'un groupe biologique exclusivement dans une région géographique délimitée." des Pyrénées,
   - la Miramelle des Pyrénées (Cophopodisma pyrenaica), Criquet commun à partir de 2 000 m d'altitude, endémique"L'endémisme, du grec éndêmos, indigène, caractérise la présence naturelle d'un groupe biologique exclusivement dans une région géographique délimitée." des Pyrénées.

(En savoir plus)

      Inventaire de la faune et de la flore : INPN
 

  N°1 d’après le site Géolval - géologie pyrénéenne http://pierre.gruneisen.pagesperso-orange.fr/geolval/, Copyright ©

  N°1' d’après le site Géolval - À la Découverte de la Géologie des Pyrénées... http://www.geolval.frfr, Copyright ©

  N°2 d’après le site INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel inpn.mnhn.fr, Copyright ©

 

 

Photo n°19910701
Lac d'Oô (1504m) (Haute-Garonne, Pyrénées)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation
Vue direction Sud-Est, en juillet 1991

 

Haut de page Retour au sommaire Autres lacs des Pyrénées