Ce site vit grâce à la publicité. Soyez sympas, désactivez provisoirement votre bloqueur de publicité le temps de votre visite. Merci à vous.

 
Retour au sommaire Biologie Photographies

 

Vipère aspic
(Vipera aspis)

 

BIOLOGIE DE LA VIPÈRE ASPIC

        La Vipère aspic fait partie des animaux, comme le la Vipère péliade (Vipera berus), le Campagnol des neiges (Chionomys nivalis), le Traquet motteux (Oenanthe oenanthe), l’Hirondelle de rocher (Ptyonoprogne rupestris), l’Hirondelle de fenêtre (Delichon urbica) ou le Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), qu’on rencontre aussi bien en plaine qu’en montagne. (2)

Vipère aspic (Vipera aspis)
Cliché Serge SOYEZ
Copyright Reproduction interdite sans autorisation

On trouve la Vipère aspic jusqu’à généralement 2 500 m d’altitude, mais nous avons rencontré des spécimens vers 3 000 m dans le Queyras et la Haute Ubaye, sur des versants secs et rocailleux, bien exposés au soleil et à l’abris des vents froids. Comme pour de très nombreuses espèces animales, le mélanisme montagnard, (du grec melos, noir) qui est une proportion anormalement élevée de pigments noirs sur la peau, est très fréquent chez la Vipère aspic en haute montagne (4). La couleur foncée du corps de cet animal ectotherme (grec ektos, à l’extérieur et thermos, chaud), qui prend sa chaleur « à l’extérieur », qui se réchauffe grâce à une source de chaleur extérieure comme le soleil, lui permet d’accumuler davantage de Joules (calories), selon le principe du corps noir, et de se protéger des rayons ultraviolets. Notons ici que la Vipère aspic recherche un biotope SEC alors que la Vipère péliade qu’on rencontre aussi en montagne, recherche un biotope HUMIDE. (3)

Description de l'espèce, biologie, envenimation, composition et modes d'action du venin, symptômes, traitement : (1) (2')

Pour en savoir plus, consultez la bibliographie et la webographie qui suivent.

 

BIBLIOGRAPHIE

  N°1 EYME Virginie (2003)
« Étude bibliographique des principaux animaux venimeux pour les carnivores domestiques en France métropolitaine : description, localisation, venin et envenimation » (pages 33 à 48) ; Thèse de médecine vétérinaire n°133 présentée à l'Université Claude Bernard (Lyon I). http://www3.vet-lyon.fr/bib/fondoc/th_sout/dl.php?file=2003lyon133.pdf

  N°2 FISCHESSER Bernard (2003)
« La vie de la montagne » ; Éditions de la Martinière

  N°3 MATZ Gilbert et WEBER Denise (1999)
« Amphibiens et reptiles d’Europe », Éditions Delachaux & Niestlé

  N°4 SCHAUENBERG Paul (1984)
« Faune des montagne », Éditions Didier Richard (1993)

 

WEBOGRAPHIE

  N°1' Michel CHAVROT, Vallée de Ceillac http://www.ceillac.com

  N°2' Virginie EYME (2003)
« Étude bibliographique des principaux animaux venimeux pour les carnivores domestiques en France métropolitaine : description, localisation, venin et envenimation » (pages 33 à 48) ; Thèse de médecine vétérinaire n°133 présentée à l'Université Claude Bernard (Lyon I). http://www3.vet-lyon.fr/bib/fondoc/th_sout/dl.php?file=2003lyon133.pdf

 

Haut de page Retour au sommaire Photographies Faune des montagnes